Texte à méditer :  Toute l'histoire repose, en dernière instance, sur le corps humain.   Roland Barthes

N'oubliez pas :

Vient de paraître

00 Chrono.jpg

La Société
+ AG 2007 Belin-Beliet
+ AG 2008 Cazaux
+ AG 2009 Arcachon
+ AG 2010 Lanton
+ AG 2011 Andernos-les-Bains
+ AG 2012 Arcachon
+ Activités
+ Association
+ Fédération Historique du Sud-Ouest
+ Sociétés amies
Publications
+ Auteurs
+ Derniers Bulletins
+ Diffusion en librairie
+ Editions de la SHAA
+ Prochain Bulletin
+ SHAA Articles
+ Sommaires Bulletins
AAPM - Musée
Archéologie
Archives
Art et Culture
Biographies
Dictionnaires
Forêt
Gastronomie
Géographie
Histoire
Linguistique
Littérature
Marine
Médecine
Ostréiculture
Patrimoine
Pêche
Recueils-Souvenirs
Sciences
Tourisme
Webmestre - Infos
Ecrire à Administrateur  Webmestre
Ajouter aux favoris  Favoris
Recommander ce site à un ami  Recommander
Version mobile   Version mobile
Croquis du Bassin - 08 - Une histoire saigante (2)

Bandeau4.jpg

Une histoire saignante (2).

En 1933, les abattoirs arcachano-testerins constituent une apocalypse microbienne. Si bien que le 13 mai 1933, le Conseil municipal testerin décide de la construction d’un établissement moderne pour une dépense de 740 000 francs, couverte par neuf taxes, dont celle d’abattage qui passe de cinq à sept centimes par kilo. Deux centimes qui pèseront lourd dans la balance de la polémique à venir. D’autant plus que des dépenses imprévues s’accumulent. Le Conseil supérieur de l’hygiène exige 30 000 francs pour l'épuration des eaux envoyées dans le Bassin et qui menacent la bonne santé des huîtres. En novembre 1934, il faut ajouter 350 000 francs pour deux chambres froides et 85 000 francs de plus pour renforcer les charpentes. 

Cependant qu’on établit à grand peine un règlement intérieur, le pugilat couve. Il éclate le 6 décembre 1935, lorsque se préparent les élections législatives où le maire de La Teste, Pierre Dignac, est candidat. Ce qui ne plaît pas à beaucoup d’Arcachonnais. Et “Le Phare d'Arcachon” de tonitruer “contre toutes ces taxes sur la viande que les Arcachonnais doivent payer aux Testerins”. De part et d’autre, on élude le sujet en attendant la voix des urnes. Et l’on arrive en janvier 1936 où l’on inaugure les abattoirs, en y tuant ... un malheureux âne, devant au moins trois cents invités endimanchés. Chaque semaine, on abat ici soixante bœufs et cent quatre-vingts cochons, au pistolet électrique car on est pour le progrès. Trente sept bouchers viennent quotidiennement et l’on débite une barrique et demie de vin par jour pour les désaltérer. 

 

Comme on a lésiné sur le raccordement des abattoirs à la voie de chemin de fer pourtant très proche, les troupeaux arrivent à pied depuis la gare et l’on a parfois bien du mal à repêcher de pauvres moutons tombés dans l’eau des près salés. Mais les élections approchent et un conseiller municipal arcachonnais, M. Bon, remet la question des taxes testerines sur le tapis. Finalement, Pierre Dignac est élu avec seulement 138 voix d’avance sur plus de 6000 votants. 

 

Une courte victoire qui renforce les cris du “Phare” : “Ces taxes testerines, c’est un abandon de l’autorité arcachonnaise. C’est Arcachon qui paye les abattoirs testerins. Sommes nous astreints à la dîme au seigneur du captalat ? Allons-nous payer notre viande vingt centimes de plus par kilo pour que les Testerins geignards s’offrent leur abattoir d’un million ? La ville d’Arcachon va-t-elle édifier un hôpital tant attendu, une patinoire, un palace ? Non ! Elle offre un abattoir aux Testerins !”. 

 

La situation serait donc devenue sanglante si, le 18 février 1938, le maire d’Arcachon Marcel Gounouilhou, n’avait démissionné, vaincu par d'obscures affaires bordelaises. Comme les attaques du Phare le visaient d’abord, le journal n’embouchera plus les trompettes des taxes iniques mais il engage une autre polémique : “Il faut rattacher Pyla à Arcachon”. Finalement, alors que dès 1947 de nombreux rapports ont mis en cause l'hygiène des abattoirs, il est décidé, en 1967, de les fermer. Mais ce n’est qu’en 1975 que leur dernier directeur, M. Carrivain, mettra la clé sous le paillasson.

 

Jean DUBROCA

"Croquis du Bassin"

Sur Radio Côte d'Argent – 90.4 MHz

Bandeau6.jpg


Date de création : 29/09/2008 • 14:27
Dernière modification : 29/09/2008 • 14:27
Catégorie : Croquis du Bassin
Page lue 611 fois


Prévisualiser la page Prévisualiser la page     Imprimer la page Imprimer la page

react.gifRéactions à cet article


Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !


Les Tests de Buch

[ All of fame ]

01 - le premier
02 - le deuxième
03 - le troisième

Votre agenda

Inscrivez-vous !


Cliquez ici pour rejoindre Histoire-Traditions-Bassin-Arcachon

Météo

Voir la webcam



Marées
Mots gascons

Cercatz dens los noms de

Gasconha.com





Nouvelles d'ailleurs
Qualité de l'air






Indice de la qualité de l'air à Arcachon

Une visite s'impose

Les sites incontournables des amoureux du Bassin et de son histoire :

http://leonc.free.fr

www.arcachon-nostalgie.com

conçus par des membres de la Société Historique.

Visiteurs du site

   visiteurs

   visiteur en ligne

^ Haut ^

Société Historique et Archéologique d'Arcachon et du Pays de Buch

Maison des Associations - 51 cours Tartas 33120 Arcachon - Tél 05 56 54 99 08

Permanence le mercredi de 14 h 00 à 17 h 00 ou sur rendez-vous


GuppY - http://www.freeguppy.org/    Site créé avec GuppY v4.5.19 © 2004-2005 - Licence Libre CeCILL   GuppY - http://www.freeguppy.org/

Document généré en 2.9 secondes