Texte à méditer :  L'Histoire est à ceux qui l'écrivent.   André Brochu

N'oubliez pas :

Vient de paraître

00 Chrono.jpg

La Société
+ AG 2007 Belin-Beliet
+ AG 2008 Cazaux
+ AG 2009 Arcachon
+ AG 2010 Lanton
+ AG 2011 Andernos-les-Bains
+ AG 2012 Arcachon
+ Activités
+ Association
+ Fédération Historique du Sud-Ouest
+ Sociétés amies
Publications
+ Auteurs
+ Derniers Bulletins
+ Diffusion en librairie
+ Editions de la SHAA
+ Prochain Bulletin
+ SHAA Articles
+ Sommaires Bulletins
AAPM - Musée
Archéologie
Archives
Art et Culture
Biographies
Dictionnaires
Forêt
Gastronomie
Géographie
Histoire
Linguistique
Littérature
Marine
Médecine
Ostréiculture
Patrimoine
Pêche
Recueils-Souvenirs
Sciences
Tourisme
Webmestre - Infos
Ecrire à Administrateur  Webmestre
Ajouter aux favoris  Favoris
Recommander ce site à un ami  Recommander
Version mobile   Version mobile
150e anniversaire d'Arcachon - 095 - L’ascenseur social s’installe

Draparc.jpg

150e anniversaire d'Arcachon

Chronique n° 095


L'ascenseur social s'installe.

* * *

Avant que d’aborder les nouvelles querelles qui vont envenimer des relations depuis longtemps tendues entre Arcachon et La Teste, offrons-nous quelques moments de sérénité intellectuelle. Et d’abord avec l’évocation de l’histoire des établissements d'enseignement secondaire dans la cité. Deganne, dont un Arcachonnais inconnu mais laudatif, écrit en 1883 "qu’il a deviné l’importance d'un collège destiné aux enfants chétifs et étiolés", offre quatre hectares de forêt. Il y fait construire des bâtiments où, en 1864, fonctionne le collège Saint-Ferdinand, le saint de référence étant le prénom du cardinal Donnet. L’abbé Rozié le dirige jusqu’en 1868, quand il se fâche avec Deganne et ouvre une école concurrente mais qui fait fiasco. M. Baillemont, ancien chef de bataillon du génie, le remplace et le préfet lui accorde l’ouverture de l'"École internationale et navale d'Arcachon".

 

La guerre de 1870 casse ce rêve, caressé depuis longtemps et qui avait vu le jour, en 1843, à La Teste, sous la direction de l’abbé Sabatier. Mais, avec seulement quarante-cinq élèves, l’école n’est pas rentable et part pour Bordeaux, en 1848. En 1871, le père dominicain Baudrand en reprend l’idée et, sous l'égide d’une société anonyme, il ouvre "l’Ecole centrale maritime", installée dans deux maisons du Moulleau, en 1871, "malgré les tendances anticléricales du conseil municipal". Cependant, en sous-main, il lui délivre une subvention de 100 000 francs.

 

En 1876, Deganne vend, ou loue, son collège à la Société anonyme qui y installe l’école. Elle devient, en 1880, le collège “Saint-Elme”, portant le même nom que le trois-mâts, le bateau-école qu’il possède. Le père Baudrand dirige l’institution jusqu’à sa mort prématurée en 1883. Un personnage très estimé, ce père Baudrand qui, dès 1871, avait écrit : "Si la discipline se restaure en France, si les états-majors étudient et si les services matériels s’organisent, on doit battre les Allemands à plate couture, d’ici dix ans". Autant que les laïques "Hussards de la République", il contribue donc à insuffler, chez ses élèves, entre autres valeurs morales, cet esprit de revanche qui contribuera à l’explosion de la Grande guerre ...

 

Autre guerre : avec l’exode de celle de 1940, des classes du lycée bordelais Michel-Montaigne se réfugient dans la villa “Graigcrostan”, en ville d’hiver. Dès lors, Arcachon ne laissera plus partir son lycée public. Il fonctionne ainsi, en annexe puis autonome, jusqu’à l’ouverture du "Lycée Climatique", dans un parc forestier de seize hectares, acquis par l’Etat, en 1946. Le 11 septembre 1947, on y pose la première pierre de robustes constructions, largement ouvertes sur la forêt, agrémentées de rotondes, de terrasses circulaires et d’escaliers majestueux. Malgré quelques problèmes liés à des crédits hésitants qui modifient quelques détails d’orientation géographique de l’établissement, les premiers élèves, garçons et filles - une mixité encore rare à l’époque - y entrent en 1950. C'est la concrétisation d’un projet attendu depuis 1896, quand le docteur Pauliet propose la création d’un lycée sanatorium. En 1902, sur proposition du docteur Bourdier et de M. Marot, le Conseil d’arrondissement de Bordeaux, reprend l’idée de Paulier et émet le vœu que l’État installe à Arcachon un lycée de ce type, destiné aux jeunes de santé fragile. Le tout sans succès.

 

Par ailleurs, avant la guerre de 1914, l’école du Centre, baptisée "Condorcet" en 1898, ouvre un Cours complémentaire mixte. Cependant qu’y existent aussi, depuis des décennies, des “Cours municipaux professionnels”, destinés aux apprentis, Condorcet développe, notamment après 1945, des sections professionnelles et commerciales, ancêtres de l’actuel lycée technique et hôtelier, ouvert, lui, en 1964. Ces structures feront fonctionner à plein rendement l’ascenseur social. Dans les années 60, les classes d’enseignement général partiront pour le collège “Victor-Duruy”, devenu "d’Enseignement secondaire". Il forme, en 1998, un collège départemental, avec les classes de premier cycle du lycée et baptisé, malgré certaines réticences inquiétantes, "Marie-Bartette", du nom d’une déportée arcachonnaise, pour faits de résistance. C’est une autre histoire.

A suivre...

Jean Dubroca

Chronique sur Radio Côte d'Argent - 90,4 Mhz

(mardi 12 juin 2007)

Blasonarc.jpg


Date de création : 16/07/2007 • 12:04
Dernière modification : 16/07/2007 • 12:05
Catégorie : 150e anniversaire d'Arcachon
Page lue 1201 fois


Prévisualiser la page Prévisualiser la page     Imprimer la page Imprimer la page

react.gifRéactions à cet article


Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !


Les Tests de Buch

[ All of fame ]

01 - le premier
02 - le deuxième
03 - le troisième

Votre agenda

Inscrivez-vous !


Cliquez ici pour rejoindre Histoire-Traditions-Bassin-Arcachon

Météo

Voir la webcam



Marées
Mots gascons

Cercatz dens los noms de

Gasconha.com





Nouvelles d'ailleurs
Qualité de l'air






Indice de la qualité de l'air à Arcachon

Une visite s'impose

Les sites incontournables des amoureux du Bassin et de son histoire :

http://leonc.free.fr

www.arcachon-nostalgie.com

conçus par des membres de la Société Historique.

Visiteurs du site

   visiteurs

   visiteurs en ligne

^ Haut ^

Société Historique et Archéologique d'Arcachon et du Pays de Buch

Maison des Associations - 51 cours Tartas 33120 Arcachon - Tél 05 56 54 99 08

Permanence le mercredi de 14 h 00 à 17 h 00 ou sur rendez-vous


GuppY - http://www.freeguppy.org/    Site créé avec GuppY v4.5.19 © 2004-2005 - Licence Libre CeCILL   GuppY - http://www.freeguppy.org/

Document généré en 2.97 secondes