Texte à méditer :  L'histoire est la philosphie enseignée par l'exemple.   Denys d'Halicarnasse

N'oubliez pas :

Vient de paraître

00 Chrono.jpg

La Société
+ AG 2007 Belin-Beliet
+ AG 2008 Cazaux
+ AG 2009 Arcachon
+ AG 2010 Lanton
+ AG 2011 Andernos-les-Bains
+ AG 2012 Arcachon
+ Activités
+ Association
+ Fédération Historique du Sud-Ouest
+ Sociétés amies
Publications
+ Auteurs
+ Derniers Bulletins
+ Diffusion en librairie
+ Editions de la SHAA
+ Prochain Bulletin
+ SHAA Articles
+ Sommaires Bulletins
AAPM - Musée
Archéologie
Archives
Art et Culture
Biographies
Dictionnaires
Forêt
Gastronomie
Géographie
Histoire
Linguistique
Littérature
Marine
Médecine
Ostréiculture
Patrimoine
Pêche
Recueils-Souvenirs
Sciences
Tourisme
Webmestre - Infos
Ecrire à Administrateur  Webmestre
Ajouter aux favoris  Favoris
Recommander ce site à un ami  Recommander
Version mobile   Version mobile
150e anniversaire d'Arcachon - 081 - Un asthmatique qui ne manque pas d'air

Draparc.jpg

150e anniversaire d'Arcachon

Chronique n° 081


Un asthmatique qui ne manque pas d'air.

* * *

C'est trop beau pour être vrai. Guy de Pierrefeu raconte que l’abbé Mouls invite Émile Pereire qui souffre d’asthme, à découvrir les vertus thérapeutiques d’Arcachon. Il y vient et décide de développer la ville. Il est plus sûr de penser, un : que Deganne a joué un rôle dans les actions futures de Pereire, comme il l’a fait par le passé ; deux : que Pereire n’ignore pas que la première ligne Bordeaux-La Teste a fait faillite faute de clients et qu’il doit maintenant en trouver et, trois : que le docteur Émile Pereyra, médecin inspecteur des bains de mer d’Arcachon, proche de Pereire, lui fait partager son idée d’ajouter à Arcachon une station d’hiver. Sa fréquentation assurerait nombre de voyageurs toute l’année sur la nouvelle ligne.

 

L’idée ne tombe pas dans l’oreille d’un sourd. Dès le 8 mai 1857, Émile Pereire sollicite le ministre des Finances pour que le Gouvernement concède à sa Compagnie quatre cents hectares de forêt domaniale, c’est à dire appartenant à l’Etat et situés au sud de la ville d’Arcachon. La moitié de ces terrains, avec 300 000 francs à la clé, sera consacrée à la construction d’un casino, de pavillons et de promenades pour les piétons et les cavaliers. Sur l’autre moitié, "nous nous réservons tel usage qui conviendrait à nos intérêts", écrit Émile Pereire. Il insiste sur "le caractère d’utilité publique de l’opération", de façon à faire baisser le tarif de la concession et l’on voit déjà se glisser l’avenir dans cette remarque de Pereire "les populations des contrées voisines trouveraient ici un air doux favorable à la guérison de beaucoup de maladies". Quand aux étrangers, ils viendront là, découvriront les Landes et "apporteront de puissants capitaux qui contribueront à la réalisation des projets du gouvernement".

 

A peine nommé, le 28 juin 1857, le conseil municipal d’Arcachon appuie fermement cette remarque. Mais un gros problème apparaît : les biens de l’Etat sont inaliénables. Il faut voter une loi pour les débloquer. C’est fait le 28 juillet 1860 : le Gouvernement permet d’aliéner, avec autorisation de déboisement, plus de trois mille hectares dans les landes domaniales de Gascogne afin d’y construire des routes forestières. Et Pereire ferait-il autre chose que des routes, dans la dune de Peymaou qui domine Arcachon? En même temps, Pereire achète à des particuliers, pour son compte cinquante-quatre hectares qui constituent l’actuel lotissement Pereire, mais récemment créé. Il y bâtit en 1864 un vaste chalet aux balcons et aux avant-toits ciselés comme ceux d’une ferme suisse ou du pays de Bade. De plus, pour le compte de la Compagnie du Midi, il acquiert quarante hectares, dans la partie haute d’Arcachon.

 

Quant à l’acquisition de quarante autres hectares appartenant à l’Etat, elle se fait dans des conditions peu claires. Le procès-verbal de la vente est modifié et raturé. De plus, l’abbé Mouls, que les Pereire veulent impliquer est le seul enchérisseur, au prix, somme toute intéressant, de 2450 francs l’hectare. Comparé au 81 000 francs que leur a coûté ce même hectare dans la plaine Monceau à Paris, c’est même donné ! Le “Courrier de la Gironde” est ravi : "Le bon droit finit toujours par triompher", commente-t-il. Mais il ajoute que cette solution "est due aux vives instances de M. le Préfet de Mentque, de MM. le maire et le curé d’Arcachon et du ministre des finances M. de Forcade de la Roquette". Il faut reconnaître que c’est un Girondin qui ne peut rien refuser à de si entreprenants compatriotes. Dès le printemps 1862, les travaux de construction de la première phase de la Ville d’hiver commencent. C’est une autre histoire.

A suivre...

Jean Dubroca

Chronique sur Radio Côte d'Argent - 90,4 Mhz

(mardi 22 mai 2007)

Blasonarc.jpg


Date de création : 28/06/2007 • 09:55
Dernière modification : 09/07/2007 • 11:33
Catégorie : 150e anniversaire d'Arcachon
Page lue 1333 fois


Prévisualiser la page Prévisualiser la page     Imprimer la page Imprimer la page

react.gifRéactions à cet article


Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !


Les Tests de Buch

[ All of fame ]

01 - le premier
02 - le deuxième
03 - le troisième

Votre agenda

Inscrivez-vous !


Cliquez ici pour rejoindre Histoire-Traditions-Bassin-Arcachon

Météo

Voir la webcam



Marées
Mots gascons

Cercatz dens los noms de

Gasconha.com





Nouvelles d'ailleurs
Qualité de l'air






Indice de la qualité de l'air à Arcachon

Une visite s'impose

Les sites incontournables des amoureux du Bassin et de son histoire :

http://leonc.free.fr

www.arcachon-nostalgie.com

conçus par des membres de la Société Historique.

Visiteurs du site

   visiteurs

   visiteur en ligne

^ Haut ^

Société Historique et Archéologique d'Arcachon et du Pays de Buch

Maison des Associations - 51 cours Tartas 33120 Arcachon - Tél 05 56 54 99 08

Permanence le mercredi de 14 h 00 à 17 h 00 ou sur rendez-vous


GuppY - http://www.freeguppy.org/    Site créé avec GuppY v4.5.19 © 2004-2005 - Licence Libre CeCILL   GuppY - http://www.freeguppy.org/

Document généré en 3.25 secondes