Texte à méditer :  L'histoire humaine est par essence l'histoire des idées.   Herbert George Wells

N'oubliez pas :

Vient de paraître

00 Chrono.jpg

La Société
+ AG 2007 Belin-Beliet
+ AG 2008 Cazaux
+ AG 2009 Arcachon
+ AG 2010 Lanton
+ AG 2011 Andernos-les-Bains
+ AG 2012 Arcachon
+ Activités
+ Association
+ Fédération Historique du Sud-Ouest
+ Sociétés amies
Publications
+ Auteurs
+ Derniers Bulletins
+ Diffusion en librairie
+ Editions de la SHAA
+ Prochain Bulletin
+ SHAA Articles
+ Sommaires Bulletins
AAPM - Musée
Archéologie
Archives
Art et Culture
Biographies
Dictionnaires
Forêt
Gastronomie
Géographie
Histoire
Linguistique
Littérature
Marine
Médecine
Ostréiculture
Patrimoine
Pêche
Recueils-Souvenirs
Sciences
Tourisme
Webmestre - Infos
Ecrire à Administrateur  Webmestre
Ajouter aux favoris  Favoris
Recommander ce site à un ami  Recommander
Version mobile   Version mobile
150e anniversaire d'Arcachon - 051 - Des Bougès achètent Arcachon

Draparc.jpg

150e anniversaire d'Arcachon

Chronique n° 051


Des Bougès achètent Arcachon.

* * *

Les propriétaires des pins semblent assez pressés de voir se régler au plus vite l’épineuse question des constructions arcachonnaises car réalisées, pour la plupart, dans la forêt usagère. Effectivement, des Testerins bien placés, sensibles aux charmes d’Eyrac mais sentant de ce fait la bonne affaire, y ont acheté des terrains, notamment depuis l'arrivée du chemin de fer dans leur bourg en 1841. Le maire, Clément Soulié a même hâté le mouvement, en proposant à ses collègues, qui l’acceptent à l’unanimité le 14 mai et avec une belle lucidité "de promouvoir la plage de la pointe de l’Eguillon".

 

Le mouvement d’achat de terrains s’amplifie. Par exemple et entre autres opérations, en 1842, le maire de La Teste, Jean Hameau, achète une parcelle au lieu dit Peymaou. Il y aura pour voisin, en 1843, Arnaud Bestaven, encore un futur maire. En 1846, Oscar Déjean, autre futur maire lui aussi, achète un terrain à Eyrac. L'arrivée de la route jusque là, en 1845, accentue le phénomène. A partir de mars 1846, les classements en chemins vicinaux des allées tracées dans la forêt, au mépris des droits d’usage, permettent de légaliser le droit à construire. Par ailleurs, le préfet accorde de plus en plus d’autorisations d’enclore les parcelles, surtout à partir de 1850. Si bien qu’en 1853 presque toutes les propriétés situées en front de mer sont encloses. Par contre, à la même date, le préfet prend bien la précaution de défendre les intérêts de l’Etat en fixant les limites du domaine public maritime.

 

Tous ces faits entraînent deux questions. La première : pouvait-on clore les propriétés ? "Non ! ", répond fermement Jacques Ragot dans son "Étude sur la forêt usagère". Il s'appuie sur un argument simple : "L’usager ayant le droit de ramasser des glands et du bois mort sur toute l’étendue de la forêt, aucune clôture ne doit l’empêcher de passer". Un droit d’ailleurs confirmé par la Cour d’appel de Bordeaux ... en décembre 1976. Mais une habile interprétation d’une loi de 1791 a permis de contourner la coutume.

 

Seconde question : pouvait-on construire ? Dans la transaction de 1759, rien n'interdit de construire dans les clairières ni en bordure de mer. C’est une brèche où s’engouffrent tous ceux qui installent des villas dans Eyrac. Et les conseils municipaux testerins, représentant les usagers depuis 1837, réagissent fort mollement aux abattages d’arbres, donc aux constructions et aux ouvertures d’allées. Entre 1852 et 1854, cinq nouveaux chemins sont créés, dont les actuelles avenue Sainte-Marie ou Gambetta. Jugez de leurs tailles ! Si bien qu’en 1853, le conseil municipal testerin estime que le rachat des droits d’usage serait une solution pour résoudre le casse-tête ainsi créé et entériner tout ce qui s’est fait. Le conseil testerin s’appuie sur une idée émise déjà en 1848. Il prétend, avec un bons sens certain, "que les usagers trouvent plus davantages aux constructions qu’à profiter des droits d’usage".

 

Comment donc les usagers réagissent-ils devant un processus d’abandon de l’usage qui se met inexorablement en marche, eux dont les ancêtres n’avaient pas hésité à tenir tête au redoutable duc d’Epernon, en 1587, l’un des plus grands seigneurs de France ? Les choses ont bien changé, notamment depuis qu’en 1794, la forêt usagère a été décrétée privée. L’autoritarisme politique qui, dès cette date et au moins jusqu’en 1870, s’impose presque sans arrêt à l’ordre social, ne permet guère une gestion collective de la forêt. N’empêche qu’en 1852, les usagers se fâcheront. Mais c’est une autre histoire ...

A suivre...

Jean Dubroca

Chronique sur Radio Côte d'Argent - 90,4 Mhz

(jeudi 5 avril 2007)

Blasonarc.jpg


Date de création : 22/05/2007 • 15:14
Dernière modification : 16/07/2007 • 12:11
Catégorie : 150e anniversaire d'Arcachon
Page lue 1216 fois


Prévisualiser la page Prévisualiser la page     Imprimer la page Imprimer la page

react.gifRéactions à cet article


Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !


Les Tests de Buch

[ All of fame ]

01 - le premier
02 - le deuxième
03 - le troisième

Votre agenda

Inscrivez-vous !


Cliquez ici pour rejoindre Histoire-Traditions-Bassin-Arcachon

Météo

Voir la webcam



Marées
Mots gascons

Cercatz dens los noms de

Gasconha.com





Nouvelles d'ailleurs
Qualité de l'air






Indice de la qualité de l'air à Arcachon

Une visite s'impose

Les sites incontournables des amoureux du Bassin et de son histoire :

http://leonc.free.fr

www.arcachon-nostalgie.com

conçus par des membres de la Société Historique.

Visiteurs du site

   visiteurs

   visiteurs en ligne

^ Haut ^

Société Historique et Archéologique d'Arcachon et du Pays de Buch

Maison des Associations - 51 cours Tartas 33120 Arcachon - Tél 05 56 54 99 08

Permanence le mercredi de 14 h 00 à 17 h 00 ou sur rendez-vous


GuppY - http://www.freeguppy.org/    Site créé avec GuppY v4.5.19 © 2004-2005 - Licence Libre CeCILL   GuppY - http://www.freeguppy.org/

Document généré en 3.42 secondes