Texte à méditer :  La véritable histoire d'un être n'est pas dans ce qu'il a fait, mais dans ce qu'il a voulu faire.   Thomas Hardy

N'oubliez pas :

Vient de paraître

00 Chrono.jpg

La Société
+ AG 2007 Belin-Beliet
+ AG 2008 Cazaux
+ AG 2009 Arcachon
+ AG 2010 Lanton
+ AG 2011 Andernos-les-Bains
+ AG 2012 Arcachon
+ Activités
+ Association
+ Fédération Historique du Sud-Ouest
+ Sociétés amies
Publications
+ Auteurs
+ Derniers Bulletins
+ Diffusion en librairie
+ Editions de la SHAA
+ Prochain Bulletin
+ SHAA Articles
+ Sommaires Bulletins
AAPM - Musée
Archéologie
Archives
Art et Culture
Biographies
Dictionnaires
Forêt
Gastronomie
Géographie
Histoire
Linguistique
Littérature
Marine
Médecine
Ostréiculture
Patrimoine
Pêche
Recueils-Souvenirs
Sciences
Tourisme
Webmestre - Infos
Ecrire à Administrateur  Webmestre
Ajouter aux favoris  Favoris
Recommander ce site à un ami  Recommander
Version mobile   Version mobile
150e anniversaire d'Arcachon - 040 - Petit guide d’hôtels...

Draparc.jpg

150e anniversaire d'Arcachon

Chronique n° 040


Petit guide d’hôtels arcachonnais avant le train.

* * *

François Legallais, le premier hôtelier arcachonnais a, dès 1823, accompagné le développement de la mode des bains de mer. Très vite, il a des collègues, sinon des concurrents. Un témoin de 1825, cité par Robert Aufan, indique que l’aubergiste Duprat loue aux baigneurs, les quatre pièces de sa cabane du Mouëng, à l’est de chez Legallais. C'est pittoresque, sous une fraîche voûte de figuiers et au milieu des barques de pêcheurs, de leurs cabanes et de leurs filets. Mais c’est nettement moins chic que chez Legallais. D’autant plus, ajoute notre curiste, "que la pudeur des baigneurs a souvent à souffrir de la présence de ces bons matelots". Qui n’en sont pas moins hommes et qui doivent prendre un net plaisir à observer de près des dentelles qu’ils n’ont guère le loisir de contempler en famille... Les affaires de Duprat mar-chent bien puisqu’en 1831, sa cabane a évolué vers une maison élevée d’un étage sur environ 32 ares de terrain, où existent des chênes antiques.

 

Mais l’installation ne devient un véritable hôtel-restaurant qu'avec le gendre de Duprat, nommé Lesca. Il propose, servies par vingt-et-une portes, une salle à manger; des chambres et, autour, des cabanes à bains froids et chauds. Toutefois, en 1845, un Guide le décrit comme un établissement "où vont les personnes qui tiennent à vivre avec économie et où la société n’est pas toujours très choisie". En 1857, l’hôtel Duprat-Lesca est encore catalogué comme "ouvert aux petites fortunes". Dès 1836, d’autres établissements ouvrent. Celui de Noël Rose Tindel porte fièrement l’enseigne "Des nouveaux bains d'Arcachon". Le comte André de Bonneval le décrit "comme vaste, élégant et d’une heureuse distribution" et il juge l’hôtel Legallais moins chic.

 

Car maintenant, il faut s’adresser, comme l’ajoute le comte, "à ce grand nombre de personnes du beau monde de Paris et de la province qui viennent passer ici la belle saison". Chez Tindel, on leur offre une jolie décoration rococo, des promenades, des bals et de la gastronomie raffinée. Et, l’essentiel du charme, on le trouve dans la beauté des paysages du Bassin. Tous les témoins le disent et le répètent. A la suite d'affaires de famille douloureuses, l’hôtel Tindel passe alors aux Gaillards. Le Guide d’Arcachon en fait "un établissement à toiture-terrasse fringant, élégant et de bon goût". Un orchestre, bordelais, vient, les dimanches d'été, y accompagner plusieurs bals jugés très beaux. D’ailleurs, l'infant d'Espagne Don François de Paule et sa famille ne passent-ils chez Gaillard trois mois de l’été 1841 ? C’est dire la vogue de l’endroit ! Revers de la médaille, soupire un client : "pour y être passablement, il faut dépenser au moins cinq à six francs par jour". Cela reste toutefois moins cher que chez Legallais en 1830 où l’on déboursait dix francs.

 

Ah ! La belle stabilité du franc or napoléonien, malgré la crise économique qui sévit alors depuis deux ans et dont les soubresauts iront grandissants jusqu’en 1850. Mais en 1841, on n’oublie pas le cri de guerre du ministre Guizot "Enrichissez-vous !". Les classes privilégiées, celles qui fréquentent Arcachon, entendent même parfaitement le message. C’est encore un de ces paradoxes arcachonnais puisque l’expansion de la ville se poursuit vivement, malgré le contexte économique perturbé ailleurs. Mais c’est une autre histoire.

A suivre...

Jean Dubroca

Chronique sur Radio Côte d'Argent - 90,4 Mhz

(mercredi 21 mars 2007)

Blasonarc.jpg


Date de création : 09/05/2007 • 11:12
Dernière modification : 20/07/2007 • 22:48
Catégorie : 150e anniversaire d'Arcachon
Page lue 1235 fois


Prévisualiser la page Prévisualiser la page     Imprimer la page Imprimer la page

react.gifRéactions à cet article


Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !


Les Tests de Buch

[ All of fame ]

01 - le premier
02 - le deuxième
03 - le troisième

Votre agenda

Inscrivez-vous !


Cliquez ici pour rejoindre Histoire-Traditions-Bassin-Arcachon

Météo

Voir la webcam



Marées
Mots gascons

Cercatz dens los noms de

Gasconha.com





Nouvelles d'ailleurs
Qualité de l'air






Indice de la qualité de l'air à Arcachon

Une visite s'impose

Les sites incontournables des amoureux du Bassin et de son histoire :

http://leonc.free.fr

www.arcachon-nostalgie.com

conçus par des membres de la Société Historique.

Visiteurs du site

   visiteurs

   visiteur en ligne

^ Haut ^

Société Historique et Archéologique d'Arcachon et du Pays de Buch

Maison des Associations - 51 cours Tartas 33120 Arcachon - Tél 05 56 54 99 08

Permanence le mercredi de 14 h 00 à 17 h 00 ou sur rendez-vous


GuppY - http://www.freeguppy.org/    Site créé avec GuppY v4.5.19 © 2004-2005 - Licence Libre CeCILL   GuppY - http://www.freeguppy.org/

Document généré en 2.95 secondes