Texte à méditer :  L'histoire est composée de ce que les hommes font contre leur propre génie.   Emile-Auguste Chartier, dit Alain

N'oubliez pas :

Vient de paraître

00 Chrono.jpg

La Société
+ AG 2007 Belin-Beliet
+ AG 2008 Cazaux
+ AG 2009 Arcachon
+ AG 2010 Lanton
+ AG 2011 Andernos-les-Bains
+ AG 2012 Arcachon
+ Activités
+ Association
+ Fédération Historique du Sud-Ouest
+ Sociétés amies
Publications
+ Auteurs
+ Derniers Bulletins
+ Diffusion en librairie
+ Editions de la SHAA
+ Prochain Bulletin
+ SHAA Articles
+ Sommaires Bulletins
AAPM - Musée
Archéologie
Archives
Art et Culture
Biographies
Dictionnaires
Forêt
Gastronomie
Géographie
Histoire
Linguistique
Littérature
Marine
Médecine
Ostréiculture
Patrimoine
Pêche
Recueils-Souvenirs
Sciences
Tourisme
Webmestre - Infos
Ecrire à Administrateur  Webmestre
Ajouter aux favoris  Favoris
Recommander ce site à un ami  Recommander
Version mobile   Version mobile
150e anniversaire d'Arcachon - 039 - Un “Club-Med” en 1823

Draparc.jpg

150e anniversaire d'Arcachon

Chronique n° 039


Un “Club-Med” en 1823.

* * *

Albert de Ricaudy, historien local, a fait de François Legallais, en dressant sa biographie, le père d’Arcachon. C’est donner la primauté à l’économique sur le politique mais il est vrai que l’hôtel du corsaire normand, ouvert en 1823, fait beaucoup pour la réputation naissante d’Arcachon. Un client anonyme, cité par Charles Daney, écrit : "l’établissement réunit tout ce qui peut rendre la vie aimable et douce : on y est logé fort élégamment, du linge de grande beauté, beaucoup d’argenterie et une table aussi délicatement que copieusement fournie où les royans et les soles tombent du filet sur le gril".

 

De plus, on ne s’ennuie pas chez Legallais. On y trouve des salons de billard et de lecture et l’hôte organise des sorties en bateau sur le Bassin, des parties de pêche, des visites dans les cabanes des pêcheurs et Legallais conduit même des excursions aventureuses au Ferret, vers l’océan, qui épatent le bourgeois. Il a déjà compris les deux règles d’or du tourisme le plus moderne, style club de vacances : un accueil de qualité et des animations variées. Au centre desquelles, figurent les bains. Chauds et froids. Pour ces derniers, des cabanes fixes ou à roulettes attendent les baigneurs auxquels Legallais fournit la tenue idoine. "Chemises pour les dames, caleçons et gilets - de laine - pour les hommes".

 

Mais Legallais, en plus de ses qualités de bon commerçant novateur, doit afficher un optimisme extrême pour imposer les bains arcachonnais face à ceux de Royan auxquels on arrive commodément par bateau confortable depuis Bordeaux. Car le voyage pour parvenir à Arcachon relève d’une expédition. Il faut partir vers dix-sept heures de Bordeaux, faire étape à Croix d’Hins dans une mauvaise auberge, en repartir à trois heures du matin pour arriver vers neuf heures trente à La Teste. De là, il faut encore compter une bonne heure pour parvenir à la plage d’Eyrac, à travers une plaine coupée de marais. Sans compter, comme le raconte encore un voyageur, "qu’il a versé deux fois dans le fossé et franchi l’Eyre à gué".

 

Les choses s’améliorent lorsqu’en 1830 la route départementale, retracée, atteint enfin La Teste mais elle n’est pas empierrée avant 1837. Autre difficulté : en 1828, les entrepôts testerins de Legallais brûlent. Mais ils sont assurés. Par contre, Legallais ne l’est pas contre les critiques décourageantes dont l’assaillent ses amis, ses parents et même sa propre femme. Ce qui ne l’empêche pas d’offrir un établissement dont Oscar Déjean dit, en 1845 "qu’il réunit chaque année une société nombreuse et surtout très bien choisie car M. Legallais n’admet pas chez lui les personnes de mœurs, même douteuses".

 

En 1858, l’hôtel Legallais compte quatre-vingt-dix-sept chambres dont vingt-et-une avec feux. On déjeune à dix heures et on dîne à dix-sept heures, à la table d’hôte. Il en coûte de sept à dix francs, tout compris et cinq francs par domestique. Mais les prix ont augmenté depuis 1830 où chaque domestique ne revenait qu’à deux francs, comme les enfants. Malgré cela, on est donc parfaitement bien chez M. Legallais car son hôtel distille autant de bonheur tranquille que le Bassin qui rutile à ses pieds. Si bien que d’autres établissements se créent. C’est une autre histoire.

A suivre...

Jean Dubroca

Chronique sur Radio Côte d'Argent - 90,4 Mhz

(mardi 20 mars 2007)

Blasonarc.jpg


Date de création : 08/05/2007 • 10:34
Dernière modification : 20/07/2007 • 22:49
Catégorie : 150e anniversaire d'Arcachon
Page lue 1454 fois


Prévisualiser la page Prévisualiser la page     Imprimer la page Imprimer la page

react.gifRéactions à cet article


Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !


Les Tests de Buch

[ All of fame ]

01 - le premier
02 - le deuxième
03 - le troisième

Votre agenda

Inscrivez-vous !


Cliquez ici pour rejoindre Histoire-Traditions-Bassin-Arcachon

Météo

Voir la webcam



Marées
Mots gascons

Cercatz dens los noms de

Gasconha.com





Nouvelles d'ailleurs
Qualité de l'air






Indice de la qualité de l'air à Arcachon

Une visite s'impose

Les sites incontournables des amoureux du Bassin et de son histoire :

http://leonc.free.fr

www.arcachon-nostalgie.com

conçus par des membres de la Société Historique.

Visiteurs du site

   visiteurs

   visiteurs en ligne

^ Haut ^

Société Historique et Archéologique d'Arcachon et du Pays de Buch

Maison des Associations - 51 cours Tartas 33120 Arcachon - Tél 05 56 54 99 08

Permanence le mercredi de 14 h 00 à 17 h 00 ou sur rendez-vous


GuppY - http://www.freeguppy.org/    Site créé avec GuppY v4.5.19 © 2004-2005 - Licence Libre CeCILL   GuppY - http://www.freeguppy.org/

Document généré en 2.9 secondes