Texte à méditer :  Chacun fait à un moment ou à un autre de sa vie, sa rencontre avec l'histoire.   Pierre Miquel

N'oubliez pas :

Vient de paraître

00 Chrono.jpg

La Société
+ AG 2007 Belin-Beliet
+ AG 2008 Cazaux
+ AG 2009 Arcachon
+ AG 2010 Lanton
+ AG 2011 Andernos-les-Bains
+ AG 2012 Arcachon
+ Activités
+ Association
+ Fédération Historique du Sud-Ouest
+ Sociétés amies
Publications
+ Auteurs
+ Derniers Bulletins
+ Diffusion en librairie
+ Editions de la SHAA
+ Prochain Bulletin
+ SHAA Articles
+ Sommaires Bulletins
AAPM - Musée
Archéologie
Archives
Art et Culture
Biographies
Dictionnaires
Forêt
Gastronomie
Géographie
Histoire
Linguistique
Littérature
Marine
Médecine
Ostréiculture
Patrimoine
Pêche
Recueils-Souvenirs
Sciences
Tourisme
Webmestre - Infos
Ecrire à Administrateur  Webmestre
Ajouter aux favoris  Favoris
Recommander ce site à un ami  Recommander
Version mobile   Version mobile
150e anniversaire d'Arcachon - 028 - Les Bougès s’en vont...

Draparc.jpg

150e anniversaire d'Arcachon

Chronique n° 028


Les Bougès s’en vont-”t”-en guerre...

* * *

Avec les nombreux impôts à payer, un autre des grands soucis de nos ancêtres arcachonnais, les Bougès, c’est la défense de la frontière, une action dans laquelle ils ont montré de la détermination. Certes, pas pour la lointaine ligne bleue des Vosges, comme on le dira bien plus tard. Notre frontière à nous, c’est, depuis toujours, la côte maritime, la petite mer de Buch ayant en permanence attiré des convoitises militaires, du fait de sa situation géographique. Car, pour réussir un débarquement, le meilleur moyen, c’est encore de disposer d’un port. Churchill le savait bien... Le port d’Arcachon, très sûr, ouvrirait tout droit le chemin de Bordeaux pour quelque malfaisant qui voudrait s’en emparer. Fort heureusement, les passes, mal connues des amiraux chamarrés, constituent un solide rempart naturel.

 

Le danger d’invasion de Bordeaux par la mer ne peut donc venir, dans un premier temps, que de la côte océane, la plus proche de la capitale de l'Aquitaine et du hâvre d’Arcachon : c’est à dire, entre Moulleau et Pilat. De là, quelque corps franc audacieux tomberait sur La Teste et convaincrait, au besoin à grands coups de pied dans le derrière, des marins qui connaissent bien les passes afin d’y guider les bateaux ennemis. D’où d’infinies précautions prises très tôt puisque André Rebsomen rappelle qu’en 802, déjà, Charlemagne créé le guet de mer et que l’embouchure de l’Eyre n’y échappe pas. Au XIII siècle, à Lège et à Certes, on a dressé des postes de défense, sans compter la forteresse testerine déjà évoquée. Car les invasions n’ont pas manqué durant le moyen âge. Mais elles menacent toujours aux temps modernes. Si bien que de 1635 à 1643, le duc d’Epernon, gouverneur de Guyenne, installe des postes de guet dans les dunes pilataises. En 1653, les partisans de la frondeuse princesse de Condé -le prince méditant sur les risques de l’ambition dans les prisons de Mazarin- s’emparent du château de La Teste. De 200 à 500 mercenaires irlandais, au service des Espagnols, alliés des frondeurs, contrôlent le port d'Arcachon, sans coup férir et y débarquent. Mais, faute d’un bon guide, ils s’embourbent dans les marécages qui entourent La Teste et, contrairement à la cavalerie US, ils arrivent trop tard sous les murailles du château testerin. Si tard que le sieur de Ruat, capitaine du roi, appuyé par des milices paroissiales, a déjà égorgé toute la garnison.

 

En 1666, des vaisseaux anglais forcent les passes du Bassin, Louis XIV étant en guerre avec eux depuis le début de l’année. Mais que faisaient donc les garde-côtes recrutés d’office parmi la population depuis 1616 ? Et que vouliez vous donc qu’ils fîssent, les malheureux ? Ils s’époumonaient à courir sur la terre sableuse tandis que les navires de guerre les narguaient en pleine eau. D’où, en 1721, la décision royale de tenter de remettre un peu d’ordre dans les rangs en créant une compagnie de deux cents hommes. On a beau être en pleines amours franco-anglo-espagnole, le Régent n’a guère confiance.

 

En 1758, on y ajoute six compagnies de cinquante dragons à cheval. Il les faut bien car c’est la pleine guerre de Sept ans et les Anglais ont déjà fait plusieurs tentatives de débarquement en divers lieux. Et le 15 décembre 1778, une ordonnance royale lève cent cinquante canonniers. La guerre franco-anglaise a repris depuis le 17 juin. C’est une autre histoire.

A suivre.

Jean Dubroca

Chronique sur Radio Côte d'Argent - 90,4 Mhz

(vendredi 2 mars 2007)

Blasonarc.jpg


Date de création : 24/04/2007 • 14:31
Dernière modification : 05/08/2007 • 21:48
Catégorie : 150e anniversaire d'Arcachon
Page lue 1194 fois


Prévisualiser la page Prévisualiser la page     Imprimer la page Imprimer la page

react.gifRéactions à cet article


Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !


Les Tests de Buch

[ All of fame ]

01 - le premier
02 - le deuxième
03 - le troisième

Votre agenda

Inscrivez-vous !


Cliquez ici pour rejoindre Histoire-Traditions-Bassin-Arcachon

Météo

Voir la webcam



Marées
Mots gascons

Cercatz dens los noms de

Gasconha.com





Nouvelles d'ailleurs
Qualité de l'air






Indice de la qualité de l'air à Arcachon

Une visite s'impose

Les sites incontournables des amoureux du Bassin et de son histoire :

http://leonc.free.fr

www.arcachon-nostalgie.com

conçus par des membres de la Société Historique.

Visiteurs du site

   visiteurs

   visiteur en ligne

^ Haut ^

Société Historique et Archéologique d'Arcachon et du Pays de Buch

Maison des Associations - 51 cours Tartas 33120 Arcachon - Tél 05 56 54 99 08

Permanence le mercredi de 14 h 00 à 17 h 00 ou sur rendez-vous


GuppY - http://www.freeguppy.org/    Site créé avec GuppY v4.5.19 © 2004-2005 - Licence Libre CeCILL   GuppY - http://www.freeguppy.org/

Document généré en 3.17 secondes