Texte à méditer :  L'histoire est une résurrection de la vie intégrale non pas dans ses surfaces, mais dans ses organismes intérieurs et profonds.   J. Michelet

N'oubliez pas :

Vient de paraître

00 Chrono.jpg

La Société
+ AG 2007 Belin-Beliet
+ AG 2008 Cazaux
+ AG 2009 Arcachon
+ AG 2010 Lanton
+ AG 2011 Andernos-les-Bains
+ AG 2012 Arcachon
+ Activités
+ Association
+ Fédération Historique du Sud-Ouest
+ Sociétés amies
Publications
+ Auteurs
+ Derniers Bulletins
+ Diffusion en librairie
+ Editions de la SHAA
+ Prochain Bulletin
+ SHAA Articles
+ Sommaires Bulletins
AAPM - Musée
Archéologie
Archives
Art et Culture
Biographies
Dictionnaires
Forêt
Gastronomie
Géographie
Histoire
Linguistique
Littérature
Marine
Médecine
Ostréiculture
Patrimoine
Pêche
Recueils-Souvenirs
Sciences
Tourisme
Webmestre - Infos
Ecrire à Administrateur  Webmestre
Ajouter aux favoris  Favoris
Recommander ce site à un ami  Recommander
Version mobile   Version mobile
150e anniversaire d'Arcachon - 026 - Des hommes à faire peur

Draparc.jpg

150e anniversaire d'Arcachon

Chronique n° 026


Des hommes à faire peur.

* * *

Deux graves disettes frappent le pays de Buch en 1746 et en1773. Comment nos ancêtres arcachonnais font-ils alors face aux faiblesses de leur agriculture ? Car, si bourgeois et marchands prospèrent, à en juger par les beaux hôtels qu’il s’offrent alors à La Teste, genre l’actuel hôtel de ville, la misère générale reste grande, surtout chez ceux qui vivent de la terre. Par exemple, les résiniers, qui procurent la matière première du goudron et du "bray" dont le commerce enrichit des notables, les résiniers, eux, sont pauvres. Ils le seront encore plus lorsqu’en 1752, la résine perd la moitié de sa valeur, le nombre de pins ayant augmenté. Claude Masse décrit alors les résiniers comme des "hommes à faire peur". On en compte une centaine, exploitant cent trente-sept parcelles mais Rebsomen, bucolique et optimiste, cite des textes disant "qu’ils vivent dans des cabanes, au centre d’un potager, entourés de quelques volailles, de ruches et d’arbres fruitiers". Ce qui, toutefois, semble correspondre aux clairières habitées qui subsistent aujourd’hui dans la forêt usagère.

 

Pire, reste le sort des bergers, dans la lande qui entoure le pays de Buch. L’intendant Lamoignon de Courson parle d’eux comme "d’espèces de sauvages par la figure, l’humeur et l’esprit; ils ont tous le visage jaune et plombé. Ils sont fort enclins au crime et au larcin, hors des choses dont on les charge qu’ils conduisent avec beaucoup de fidélité". Quant aux habitants de la côte dunaire, Lamoignon les juge "plus mauvais que les autres". Il ajoute : "Dès qu’il y a tempête, ils courent tous sur la côte pour voir si un bateau ne fera pas naufrage. Il est arrivé souvent qu’ils aient égorgé des matelots et pillé leur bateau avant de l’incendier". Jacques Ragot a même écrit que, "prêts à égorger, ils pouvaient être aussi naufrageurs". Et leur vie difficile devient encore plus dure quand la famine attaque.

 

Mais il y a le miracle de la patate. A partir de 1769, raconte André Rebsomen, l’intendant de Guyenne appuie le curé du Porge pour introduire ce tubercule providentiel. Ce prêtre s’appelle Edmond Danahy, d’origine irlandaise. Comme il connaît bien la pomme de terre pour en avoir mangé dans son pays, il va en planter ici. Et déjà, en janvier 1772, le même, d’après Alain Contis, tente de faire manger du riz à ses ouailles. Elles s’y mettront au bout d’une semaine, alors que le curé écrit "qu’il n’a plus que pour quinze jours de réserve".

 

Pourtant, ces immenses espaces incultes donnent des espoirs à des physiocrates, ces entrepreneurs dont la philosophie repose sur l’idée que la richesse peut provenir de la terre uniquement, à condition de savoir s’y prendre. Aussi le seigneur d’Audenge, par deux fois, tente de cultiver 76 800 hectares de lande, entre Certes et Andernos. Faute d’argent, il échouera. En 1766, le seigneur de Ruat, captal de Buch, vend, au sud de Gujan, 19 000 hectares de lande au citoyen suisse et financier Daniel Nézer. Il s’y ruine, victime de sa méconnaissance de la nature ingrate du sol, des particularités du climat et de l’hostilité des habitants. Le salut ne viendra qu’à la fin du siècle avec les débuts réussis de la fixation des dunes et de la plantation de la forêt de pins. En attendant cette révolution, les Bougès ont d’autres ennuis. Mais c’est une autre histoire.

A suivre.

Jean Dubroca

Chronique sur Radio Côte d'Argent - 90,4 Mhz

(28 février 2007)

Blasonarc.jpg


Date de création : 20/04/2007 • 11:40
Dernière modification : 05/08/2007 • 21:51
Catégorie : 150e anniversaire d'Arcachon
Page lue 1213 fois


Prévisualiser la page Prévisualiser la page     Imprimer la page Imprimer la page

react.gifRéactions à cet article


Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !


Les Tests de Buch

[ All of fame ]

01 - le premier
02 - le deuxième
03 - le troisième

Votre agenda

Inscrivez-vous !


Cliquez ici pour rejoindre Histoire-Traditions-Bassin-Arcachon

Météo

Voir la webcam



Marées
Mots gascons

Cercatz dens los noms de

Gasconha.com





Nouvelles d'ailleurs
Qualité de l'air






Indice de la qualité de l'air à Arcachon

Une visite s'impose

Les sites incontournables des amoureux du Bassin et de son histoire :

http://leonc.free.fr

www.arcachon-nostalgie.com

conçus par des membres de la Société Historique.

Visiteurs du site

   visiteurs

   visiteur en ligne

^ Haut ^

Société Historique et Archéologique d'Arcachon et du Pays de Buch

Maison des Associations - 51 cours Tartas 33120 Arcachon - Tél 05 56 54 99 08

Permanence le mercredi de 14 h 00 à 17 h 00 ou sur rendez-vous


GuppY - http://www.freeguppy.org/    Site créé avec GuppY v4.5.19 © 2004-2005 - Licence Libre CeCILL   GuppY - http://www.freeguppy.org/

Document généré en 3.03 secondes