Texte à méditer :  J'adore les histoires que je connais déjà... Ce sont les meilleures.   Edward Franklin Albee

N'oubliez pas :

Vient de paraître

00 Chrono.jpg

La Société
+ AG 2007 Belin-Beliet
+ AG 2008 Cazaux
+ AG 2009 Arcachon
+ AG 2010 Lanton
+ AG 2011 Andernos-les-Bains
+ AG 2012 Arcachon
+ Activités
+ Association
+ Fédération Historique du Sud-Ouest
+ Sociétés amies
Publications
+ Auteurs
+ Derniers Bulletins
+ Diffusion en librairie
+ Editions de la SHAA
+ Prochain Bulletin
+ SHAA Articles
+ Sommaires Bulletins
AAPM - Musée
Archéologie
Archives
Art et Culture
Biographies
Dictionnaires
Forêt
Gastronomie
Géographie
Histoire
Linguistique
Littérature
Marine
Médecine
Ostréiculture
Patrimoine
Pêche
Recueils-Souvenirs
Sciences
Tourisme
Webmestre - Infos
Ecrire à Administrateur  Webmestre
Ajouter aux favoris  Favoris
Recommander ce site à un ami  Recommander
Version mobile   Version mobile
150e anniversaire d'Arcachon - 022 - La vigne de l’instituteur

Draparc.jpg

150e anniversaire d'Arcachon

Chronique n° 022


La vigne de l’instituteur

* * *

Nous avions laissé le duc d’Epernon, captal de Buch, se dépêtrer avec sa curieuse, téméraire et incongrue idée d’abolir les droits d’usage dans la forêt  testerine. Devant la farouche opposition qu’il rencontre, il commence par amadouer les Bouges en leur octroyant la chapelle de son château, pour remplacer l’église paroissiale qui, selon la tradition populaire, a disparu sous les sables de la dune dite de l’Eglise. Jacques Ragot minimise beaucoup la générosité du duc, car il estime, un : qu’il n’a rien pu donner avant 1593, date du décès de son épouse, propriétaire du Captalat. Et de deux : qu’il n’a fait qu’entériner une situation de fait, puisque la messe paroissiale se dit depuis deux siècles dans la chapelle du château.

 

Par contre, le duc se montre conciliant dans l’affaire des droits d’usage. Le 25 janvier 1604, il met de l’ordre dans cette situation confuse. Il reconnaît, par écrit, qu’il y a deux catégories de Bougès : les usagers, ou non-ayant pins et les ayant-pins, ou propriétaires du sol, qui exploitent la résine. Toutefois, les Testerins ont d’autres ressources : la culture de la vigne qu’ils pratiquent depuis avant le XIIIe siècle. Elle  produit un petit vin rouge fort buvable, comme celui que fignolait en son jardin et en son chai, M. Labit, un instituteur testerin, dans les années 1980.

 

Mais l’économie locale évolue beaucoup à partir du XVIe siècle. A ce moment-là, l’invasion des sables a fermé les ports fluviaux de la côte du Médoc. Leurs embouchures sont devenues de vulgaires lacs d’eau douce. Les Bougès vont donc développer la pêche en mer, le marché de Bordeaux s’ouvrant à eux, à peu près sans concurrence. Et ils demandent au duc d’Epernon davantage de bois pour façonner des avirons, dresser des mâts et construire des bateaux. La vocation maritime d’Arcachon se développe beaucoup à ce moment-là. L’événement mérite d’être souligné.

 

Si l’on trouve trace de noms de chaloupes arcachonnais dès 1243, on connaît, beaucoup plus nombreux, des noms de navires qui, au XVIe siècle, alternent pêche et cabotage, selon les saisons Et tous ces bateaux désignent Arcachon comme port d’attache et non point La Teste. D’ailleurs, ils sont baptisés "Le cavoyr d’ Arquasson", "La Jaquette d’Arquansson", "Le Notre Dame d’Arcasson" ou  la "Catherine d’Arquasson" et même, en 1559, il existe "La Louyse d’Arcaisson". Il s’agit d’une patache, c’est à dire un galion, commandé par un maître et par un chef militaire, et armé pour la guerre par deux bourgeois bordelais. Quant à l’élégante pinasse, on trouve son nom mentionné pour la première fois en 1552.

 

Naviguer hardiment figure donc dans les fibres des Bougès depuis des siècles. Plus tard, ils affrontent l’océan lointain en lançant des navires de pêche jusqu’au bout du monde et  ils construisent des voiliers rares dont les équipages sont souvent arcachonnais. Rien d’étonnant à ce que, dans les années 1920, on ait fait d’Arcachon la Mecque de la voile. Il est vrai que Cowes lui a disputé ce titre. Mais, en matière de marine, les Anglais sont trop prétentieux pour qu’on puisse discuter de cela avec eux sereinement. Il vaut mieux retrouver  le duc d’Epernon  car la pêche, partie intégrante de l’ histoire arcachonnaise depuis toujours, lui vaut de très sérieux ennuis. C’est une autre histoire.

A suivre.

Jean Dubroca

Chronique sur Radio Côte d'Argent - 90,4 Mhz

(jeudi 22 février 2007)

Blasonarc.jpg


Date de création : 17/04/2007 • 08:06
Dernière modification : 07/08/2007 • 09:54
Catégorie : 150e anniversaire d'Arcachon
Page lue 1210 fois


Prévisualiser la page Prévisualiser la page     Imprimer la page Imprimer la page

react.gifRéactions à cet article


Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !


Les Tests de Buch

[ All of fame ]

01 - le premier
02 - le deuxième
03 - le troisième

Votre agenda

Inscrivez-vous !


Cliquez ici pour rejoindre Histoire-Traditions-Bassin-Arcachon

Météo

Voir la webcam



Marées
Mots gascons

Cercatz dens los noms de

Gasconha.com





Nouvelles d'ailleurs
Qualité de l'air






Indice de la qualité de l'air à Arcachon

Une visite s'impose

Les sites incontournables des amoureux du Bassin et de son histoire :

http://leonc.free.fr

www.arcachon-nostalgie.com

conçus par des membres de la Société Historique.

Visiteurs du site

   visiteurs

   visiteur en ligne

^ Haut ^

Société Historique et Archéologique d'Arcachon et du Pays de Buch

Maison des Associations - 51 cours Tartas 33120 Arcachon - Tél 05 56 54 99 08

Permanence le mercredi de 14 h 00 à 17 h 00 ou sur rendez-vous


GuppY - http://www.freeguppy.org/    Site créé avec GuppY v4.5.19 © 2004-2005 - Licence Libre CeCILL   GuppY - http://www.freeguppy.org/

Document généré en 2.95 secondes