Texte à méditer :  L'histoire n'est pas une science, c'est un art. On n'y réussit que par l'imagination.   Anatole France

N'oubliez pas :

Vient de paraître

00 Chrono.jpg

La Société
+ AG 2007 Belin-Beliet
+ AG 2008 Cazaux
+ AG 2009 Arcachon
+ AG 2010 Lanton
+ AG 2011 Andernos-les-Bains
+ AG 2012 Arcachon
+ Activités
+ Association
+ Fédération Historique du Sud-Ouest
+ Sociétés amies
Publications
+ Auteurs
+ Derniers Bulletins
+ Diffusion en librairie
+ Editions de la SHAA
+ Prochain Bulletin
+ SHAA Articles
+ Sommaires Bulletins
AAPM - Musée
Archéologie
Archives
Art et Culture
Biographies
Dictionnaires
Forêt
Gastronomie
Géographie
Histoire
Linguistique
Littérature
Marine
Médecine
Ostréiculture
Patrimoine
Pêche
Recueils-Souvenirs
Sciences
Tourisme
Webmestre - Infos
Ecrire à Administrateur  Webmestre
Ajouter aux favoris  Favoris
Recommander ce site à un ami  Recommander
Version mobile   Version mobile
150e anniversaire d'Arcachon - 021 - Un grand amiral fait naufrage...

Draparc.jpg

150e anniversaire d'Arcachon

Chronique n° 021


Un  grand amiral fait naufrage dans la forêt usagère

* * *

Après le décès, en 1274, de Pierre Amanieu de Bordeaux, le premier captal de Buch, ses successeurs indirects font d’heureux mariages, du moins sur le plan des affaires politiques. Ainsi, en 1307, la première captale épouse Pierre II de Grailly, appartenant à une grande famille savoyarde. Leur fils se marie en 1328 avec Blanche de Foix, descendante du roi de France mais aussi arrière petite-fille d’Aliénor d’Aquitaine, celle dont le remariage avec le roi d’Angleterre fait de l’Aquitaine un duché anglais depuis 1154. Il le restera trois siècles durant. Ce qui ne dérange d’ailleurs pas les Aquitains en général, les Bordelais non plus qui font un joli commerce de vin et les Bougès encore moins, pour autant qu’on le sache. D’autant plus que les grandes batailles de la guerre de cent ans se déroulent assez loin du pays de Buch, bien  qu’en 1377 des bandes armées ravagent la région, incendiant même la première chapelle Saint Vincent. 

 

Cependant, les captaux de Buch, restent fidèles aux rois d’Angleterre. C’est ainsi que Jean III de Grailly, dit le Grand Captal, connétable d’Aquitaine, époux de Rose d’Albret, est celui que les Français redoutent le plus "pour ses hautaines entreprises" et son compagnonnage avec le terrible Prince Noir. Pourtant et bien qu’à la tête de soudards navarrais, il se fait  battre par Du Guesclin en 1364, à Cocherel, près d’Evreux. Pour se faire oublier en France, il prêtre main forte aux chevaliers teutoniques en Prusse afin de mater  les Slaves. De retour en France, il massacre un grand nombre de paysans à Meaux pour libérer  les épouses royales. Il y a des moments où la défense énergique du système aristocratique passe avant les subtilités politiques.

 

Néanmoins, Jean III de Grailly sera fait prisonnier par le roi de France en 1372 et il  meurt au Temple en 1376, ayant refusé de prêter serment d’allégeance à Charles V. Bel exemple de ténacité aquitaine ... C’est incontestablement une figure de légende parmi  ces captaux de Buch qui ont porté des noms célèbres : Foix-Grailly, Foix-Candale (de la lignée de Gaston Phoebus), Civrac ou Ruat. En 1453, les Grailly paient leur fidélité aux  Anglais : Charles VII confisque leurs biens. Ils ne les retrouvent qu’en 1462, les conservant jusqu’à la première révolution, alors qu’ils vivent au château de Ruat que l’on peut toujours voir au Teich.

 

Le Pays de Buch sort amoindri de la guerre de cent ans et, pour attirer de la main d’oeuvre, le Captal Jean-François de Candale accorde ces fameux droits d’usage dans la forêt testerine par la baillette de 1468. Mais voilà qu’un autre captal de grande lignée, Jean-Louis de Nogaret, duc d’Epernon, gouverneur de plusieurs provinces et grand amiral de France, vient à La Teste en 1587 et se met dans l’idée d’abolir la baillette de 1468. Le malheureux ne sait pas qu’il s’attaque à la fibre même de la vie des Bougès et, tout grand amiral qu’il soit, il doit baisser  pavillon devant la farouche détermination des Bouges qui n’ont pas une vie bien facile et auquel la forêt, avec ses droits d’usage apporte beaucoup ! On l’a déjà raconté mais il faut insister sur cet attachement aux droits d’usage car ils joueront un rôle important lors de la fondation d’Arcachon, bien qu’au début du XIXe  il se soit bien émoussé, face aux pressions sociales et politiques du moment. C’est, évidemment, une autre histoire.

A suivre.

Jean Dubroca

Chronique sur Radio Côte d'Argent - 90,4 Mhz

(21 février 2007)

Blasonarc.jpg


Date de création : 14/04/2007 • 11:34
Dernière modification : 07/08/2007 • 09:55
Catégorie : 150e anniversaire d'Arcachon
Page lue 1278 fois


Prévisualiser la page Prévisualiser la page     Imprimer la page Imprimer la page

react.gifRéactions à cet article


Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !


Les Tests de Buch

[ All of fame ]

01 - le premier
02 - le deuxième
03 - le troisième

Votre agenda

Inscrivez-vous !


Cliquez ici pour rejoindre Histoire-Traditions-Bassin-Arcachon

Météo

Voir la webcam



Marées
Mots gascons

Cercatz dens los noms de

Gasconha.com





Nouvelles d'ailleurs
Qualité de l'air






Indice de la qualité de l'air à Arcachon

Une visite s'impose

Les sites incontournables des amoureux du Bassin et de son histoire :

http://leonc.free.fr

www.arcachon-nostalgie.com

conçus par des membres de la Société Historique.

Visiteurs du site

   visiteurs

   visiteur en ligne

^ Haut ^

Société Historique et Archéologique d'Arcachon et du Pays de Buch

Maison des Associations - 51 cours Tartas 33120 Arcachon - Tél 05 56 54 99 08

Permanence le mercredi de 14 h 00 à 17 h 00 ou sur rendez-vous


GuppY - http://www.freeguppy.org/    Site créé avec GuppY v4.5.19 © 2004-2005 - Licence Libre CeCILL   GuppY - http://www.freeguppy.org/

Document généré en 2.98 secondes