Texte à méditer :  Cette histoire va prendre fin au cimetière, comme toutes les histoires.   Jean Bernard

N'oubliez pas :

Vient de paraître

00 Chrono.jpg

La Société
+ AG 2007 Belin-Beliet
+ AG 2008 Cazaux
+ AG 2009 Arcachon
+ AG 2010 Lanton
+ AG 2011 Andernos-les-Bains
+ AG 2012 Arcachon
+ Activités
+ Association
+ Fédération Historique du Sud-Ouest
+ Sociétés amies
Publications
+ Auteurs
+ Derniers Bulletins
+ Diffusion en librairie
+ Editions de la SHAA
+ Prochain Bulletin
+ SHAA Articles
+ Sommaires Bulletins
AAPM - Musée
Archéologie
Archives
Art et Culture
Biographies
Dictionnaires
Forêt
Gastronomie
Géographie
Histoire
Linguistique
Littérature
Marine
Médecine
Ostréiculture
Patrimoine
Pêche
Recueils-Souvenirs
Sciences
Tourisme
Webmestre - Infos
Ecrire à Administrateur  Webmestre
Ajouter aux favoris  Favoris
Recommander ce site à un ami  Recommander
Version mobile   Version mobile
150e anniversaire d'Arcachon - 019 - Nos premiers touristes

Draparc.jpg

150e anniversaire d'Arcachon

Chronique n° 019


Nos premiers touristes

* * *

 

Devenue, d’après Camille Julian, "la plus pauvre et la plus misérable des cités gauloises", voilà maintenant Boïos submergée après avoir été ruinée par les invasions barbares et par l’éclatement de l’empire romain. Alors que la civilisation chrétienne prend de l’ampleur, il faut se dépêtrer des Normands, débarquant à grands hurlements de leurs drakkars. Aussi, sur les ordres du comte commandant Bordeaux pour Charlemagne, les survivants de la défunte Boïi, élèvent-ils un "castéra". Une motte fortifiée, entourée d’une palissade de bois.On peut encore deviner l’ensemble sous son épaisse frondaison, au lieu dit  Lamothe. Un village s’y développe. En 1443,on y tient même un marché tous les lundis et deux foires, de huit jours chacune. Mais, comme décidément, ce delta de l’Eyre est voué aux embêtements, le débit de la rivière gonfle. Tout cela à cause d’une craste que les paroissiens de La Teste ont creusée pour évacuer le trop plein du lac de Cazaux qui les inonde.

 

Lamothe sera donc abandonnée par ses habitants qui en ont assez de patauger, dès l’automne venu. En 1778, l’archevêque supprime cette   paroisse pauvre, faute de revenus suffisants. Lamothe ne connaîtra plus qu’une activité, réduite au bac qui, l’hiver, traverse l’Eyre. Un pont, lui aussi à péage, ne sera construit que sous Napoléon. Et Lamothe, l’héritière de Boios ne connaîtra plus qu’un titre de gloire au XIXe siècle, lorsqu’elle servira pendant cent ans de gare de chemin de fer pour le bois descendu par l’Eyre et de bifurcation pour le chemin de fer vers Arcachon.

 

Cependant, Boïi eut une descendance proche et moins proaïque. On raconte que, Charlemagne, soi-même, aurait donné au chapitre de Saint-Seurin de Bordeaux, une chapelle située près du port des Tuiles, à Biganos. Un port qui existe toujours, creusé alors par les religieux, avec l’appui, pour manier la pelle, de quelques bonnes âmes, de plus, corvéables à  merci. Un bon investissement : ce port sert au commerce du sel. Cela explique, en partie, que, vers 1110, la chapelle  devienne le centre d’un prieuré, élevé à ce rang par Louis VI le Gros. Là, cinq chanoines font office de passeurs et, à l’hôpital, reçoivent tous ceux qui ont besoin d’aide, matérielle comme spirituelle.

 

A commencer, au Xe  siècle, par les pèlerins, les jacquets, s’échinant sur le chemin de St Jacques de Compostelle. Un chemin, dit des Anglais. Ils débarquent à Soulac, s’arrêtent à la Confrérie de St Jacques le Majeur d’Andernos et se refont une santé à Comprian, avant d’ affronter le désert landais, selon deux voies, l’une par le val de Leyre,l’autre par le littoral.Cela explique que les seigneurs du pays de Buch aient longtemps protégé Comprian où, en 1220, s’élève une église en pierre, en forme de croix, avec quatre piliers, trois autels et tout autant de cloches. Depuis cette époque, nous savons bien traiter les touristes... Mais les pèlerins, deviennent rares. Vers 1350, le déclin de Comprian commence inexorablement. Existerait-il, dans ce delta, comme une malédiction sur la pérennité des œuvres humaines ? Heureusement, ailleurs, l’évolution de la situation est meilleure car les hommes ont en nombre migré vers l’ouest, vers la forêt de la Montagne. Une autre histoire débute, celle du Pays de Buch et du captalat auxquels est intimement liée l’histoire d’Arcachon et pour longtemps.

 

A suivre ...

Jean Dubroca

Chronique sur Radio Côte d'Argent - 90,4 Mhz

(19 février 2007)

Blasonarc.jpg


Date de création : 13/04/2007 • 18:26
Dernière modification : 08/08/2007 • 09:37
Catégorie : 150e anniversaire d'Arcachon
Page lue 1170 fois


Prévisualiser la page Prévisualiser la page     Imprimer la page Imprimer la page

react.gifRéactions à cet article


Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !


Les Tests de Buch

[ All of fame ]

01 - le premier
02 - le deuxième
03 - le troisième

Votre agenda

Inscrivez-vous !


Cliquez ici pour rejoindre Histoire-Traditions-Bassin-Arcachon

Météo

Voir la webcam



Marées
Mots gascons

Cercatz dens los noms de

Gasconha.com





Nouvelles d'ailleurs
Qualité de l'air






Indice de la qualité de l'air à Arcachon

Une visite s'impose

Les sites incontournables des amoureux du Bassin et de son histoire :

http://leonc.free.fr

www.arcachon-nostalgie.com

conçus par des membres de la Société Historique.

Visiteurs du site

   visiteurs

   visiteur en ligne

^ Haut ^

Société Historique et Archéologique d'Arcachon et du Pays de Buch

Maison des Associations - 51 cours Tartas 33120 Arcachon - Tél 05 56 54 99 08

Permanence le mercredi de 14 h 00 à 17 h 00 ou sur rendez-vous


GuppY - http://www.freeguppy.org/    Site créé avec GuppY v4.5.19 © 2004-2005 - Licence Libre CeCILL   GuppY - http://www.freeguppy.org/

Document généré en 2.88 secondes