Texte à méditer :  Ce que raconte l'histoire n'est, en effet que le long rêve, le songe lourd et confus de l'humanité.   A. Schopenhauer

N'oubliez pas :

Vient de paraître

00 Chrono.jpg

La Société
+ AG 2007 Belin-Beliet
+ AG 2008 Cazaux
+ AG 2009 Arcachon
+ AG 2010 Lanton
+ AG 2011 Andernos-les-Bains
+ AG 2012 Arcachon
+ Activités
+ Association
+ Fédération Historique du Sud-Ouest
+ Sociétés amies
Publications
+ Auteurs
+ Derniers Bulletins
+ Diffusion en librairie
+ Editions de la SHAA
+ Prochain Bulletin
+ SHAA Articles
+ Sommaires Bulletins
AAPM - Musée
Archéologie
Archives
Art et Culture
Biographies
Dictionnaires
Forêt
Gastronomie
Géographie
Histoire
Linguistique
Littérature
Marine
Médecine
Ostréiculture
Patrimoine
Pêche
Recueils-Souvenirs
Sciences
Tourisme
Webmestre - Infos
Ecrire à Administrateur  Webmestre
Ajouter aux favoris  Favoris
Recommander ce site à un ami  Recommander
Version mobile   Version mobile
Veyrier-Montagnères, maire d'Arcachon - Pages d'histoire locale 1907-1908

ARCACHON

Pages d'Histoire locale

1907-1908

par F. Canton


 

3 Janvier 1907.

 

Mariage à Notre-Dame de Bordeaux, de Mlle Veyrier-Montagnères avec M. Charles Olivari, lieutenant au 144e régi­ment d'infanterie.

En l'honneur du mariage de sa fille, M. Veyrier-Montagnères donne au service municipal de l'Assistance publique d'Arcachon, les instructions nécessaires pour distribuer large­ment, ce jour-là, en son nom et à ses frais, du pain, de la viande et du vin, aux indigents d'Arcachon.

 

6 Janvier 1907.

M. Veyrier-Montagnères est nommé pour la deuxième fois président de la Société de gymnastique, de tir et de prépara­tion militaire « Les Enfants d'Arcachon ».

 

28 Janvier 1907.

 

D'accord avec M. Veyrier-Montagnères et au nom des commissions des finances et des travaux réunies, M. Canton présente au Conseil municipal, qui l'adopte, un rapport sur un important programme de travaux à réaliser et sur les voies et moyens de leur exécution :

Construction d'un boulevard-promenade sur la plage, re­liant la jetée de la place Thiers et la place Thiers, elle-même, au débarcadère d'Eyrac ;

Etablissement de trottoirs en ciment ou en grès, boulevard de la Plage, de l'allée de la Chapelle à la place de l'Aiguil­lon et avenue Saint-Ferdinand (aujourd'hui avenue de la République) ;

Construction de l'avenue Méran, de l'avenue Alexandrine, de la rue Nathaniel-Johnston, de la rue latérale à la gare, de la rue Lafon ;

Réfection de l'égout du débarcadère d'Eyrac ;

Etablissement de caniveaux et bordures dans toutes les voies qui en sont dépourvues ;

Agrandissement du groupe scolaire Victor-Duruy ;

Aménagement du groupe scolaire Paul-Bert ;

Réfection des cabinets du marché ; établissement d'uri­noirs ;

Agrandissement du Bureau central de l'Octroi.

Ces dépenses n'imposent aucune nouvelle charge aux con­tribuables.Il y est fait face au moyen d'une prorogation de l'emprunt de 1898, qui a pour résultat de mettre immé­diatement à la disposition de la ville, une somme de 350.000 francs.

 

27 Janvier 1907.

 

M. Veyrier-Montagnères assiste, à Bordeaux, au banquet organisé par le Conseil général de la Gironde, en l'honneur de M. Lutaud, nommé préfet du Rhône.

 

3 Février 1907.

 

M. Veyrier-Montagnères assiste au banquet de la fête des facteurs des P. T. T. et prononce un discours.

 

17 Mars 1907.

 

M. et Mme Veyrier-Montagnères reçoivent à déjeuner, à «Risque-Tout», le nouveau préfet de la Gironde, M. Duréault, et les membres du Conseil de révision.

 

1er Avril 1907.

 

M. Veyrier-Montagnères organise un grand carrousel militaire, avec le concours du 10e régiment de hussards et de la musique militaire du 144e régiment d'infanterie.

 

10 Avril 1907.

 

M. Veyrier-Montagnères est nommé membre du Comité de l'Exposition internationale maritime de Bordeaux, groupe XIII, hygiène, tourisme, stations thermales, balnéaires, sports, sauvetage, etc.

 

12 Avril 1907.

 

M. Veyrier-Montagnères fait adopter par le Conseil géné­ral un vœu tendant à ce que la vente des huîtres de l'étang de Thau, qui ont causé les plus graves préjudices à l'indus­trie ostréicole du bassin d'Arcachon et occasionné des acci­dents mortels, soit interdite.

 

27 Avril 1907.

 

M. Veyrier-Montagnères obtient du Conseil municipal, réuni en séance officieuse, l'autorisation de prélever sur les ressources du budget, les crédits nécessaires pour subventionner les grandes fêtes de la Semaine maritime, dont il a obtenu l'organisation à Arcachon, du 8 au 15 septem­bre 1907, par l'Automobile-Club, le Yacht-Club, la Voile, l'Aviron et le Comité des fêtes de l'Exposition internationale maritime de Bordeaux.

 

1er Mai 1907.

 

Ouverture, à Moulleau, d'une recette auxiliaire des Pos­tes, dont M. Veyrier-Montagnères a demandé et obtenu la création.

Grâce aux démarches de M. Veyrier-Montagnères, un deuxième circuit téléphonique va ère créé entre Arcachon et Bordeaux, le circuit unique étant devenu insuffisant par suite du développement de la ville, au point de vue commercial, industriel et climatique.

 

11 mai 1907.

 

Le Conseil municipal adopte le projet de convention modificative et additionnelle au traité du 22 juillet 1881 pour la fourniture à la ville et aux particuliers, du gaz d'éclairage et de chauffage et le projet de convention pour l'établissement par la Compagnie du gaz, du tramway de l'Aiguillon à Moulleau. Résultais de ce projet : diminution du prix du gaz, éclairage électrique, construction d'une usine électrique et du tramway.

 

1er Juin 1907.

 

M. Veyrier-Montagnères, membre du Comité central de la Fédération girondine de l'Alliance républicaine démocratique, assiste au banquet de la Fédération, présidé par M. Monis, sénateur.

 

13 Juin 1907.

 

M. Veyrier-Montagnères reçoit les délégués du 17e Congrès des notaires de France.

Au déjeuner qui réunit ces personnalités, au Casino de la Plage, M. Veyrier-Montagnères prononce un discours.

 

20 Juin 1907.

 

M. Veyrier-Montagnères reçoit les membres du 12e Congrès de l'Union syndicale des maîtres imprimeurs de France.

Banquet à l'Hôtel Victoria et discours de M. Veyrier-Montagnères.

 

27 Juin 1907.

 

M. Veyrier-Montagnères reçoit les membres du Congrès International d'architecture navale. Lunch offert au Casino de la Plage, par le Syndicat d'initiative (président, M. de Canine), Discours de M. Veyrier-Montagnères.

 

Juin 1907.

 

La Commission départementale, siégeant à la Préfecture, ratifie la rétrocession par M. Odelin, du tramway d'Arcachon à Moulleau, à la Société anonyme d'éclairage et de chauffage d'Arcachon.

 

Juillet 1907.

 

M. Veyrier-Montagnères met sur pied un projet financier, en vue de construire le boulevard automobile Arcachon-Biarritz.

Il s'agit d'une grande émission de bons à lots, qui seraient remboursés au-dessus du pair dans un délai déterminé, mê­me ceux non sortis avec primes.

Le capital nécessaire pour la construction serait de 12 mil­lions.

 

Election au Conseil général du 28 Juillet 1907.

 

M. Veyrier-Montagnères, candidat de l'Association ré­publicaine d'Arcachon, est élu par 1.369 voix sur 1.415 vo­tants.

 

18 Août 1907.

 

A 16 heures, grande bataille de fleurs sur le bassin, organi­sée par la Municipalité, avec le concours de la Société de la Voile et de l'Aviron arcachonnais.

A 21 heures, embrasement et illumination du Casino de la Forêt. Grand bal populaire. Entrée gratuite.

 

22 Août 1907.

 

Grâce aux pressantes démarches de M. Veyrier-Montagnè­res, Sa Majesté le roi Alphonse XIII et la Reine d'Espagne viennent à Arcachon, en automobile. Accueil chaleureux de la population arcachonnaise.

M. Veyrier-Montagnères offre à la Reine, à son arrivée, une superbe gerbe de fleurs entourée de rubans aux couleurs es­pagnoles et met sa villa « Risque-Tout » à la disposition des souverains.

Le Roi invite M. Veyrier-Montagnères à déjeuner, au Grand Hôtel de Moulleau.

Dès leur arrivée, le Roi et la Reine se rendent à la jetée promenade de la place Thiers. Ils visitent ensuite les locaux de la Société de la Voile.

A 14 heures, promenade sur le bassin, à bord des bateaux automobiles Zermath, à M. Veyrier-Montagnères, et Asmodée, à M. Lucien Maurel.

Les souverains repartent à 16 heures, en automobile, se di­rigeant sur Pau.

 

19 Août 1907.

 

Au Conseil général, M. Veyrier-Montagnères est nommé secrétaire de la Commission des finances.

 

29 Août 1907.

 

M. Veyrier-Montagnères est reçu par Sa Majesté Alphonse XIII, roi d'Espagne, au Palais Miramar, à Saint-Sébastien.

Le Roi remercie très chaleureusement le maire d'Arcachon de l'accueil enthousiaste qui lui a été fait le 22 août, par la population arcachonnaise et renouvelle sa promesse de venir rester quelques jours dans notre station, dont la Reine et lui ont emporté le meilleur souvenir.

 

Grande Semaine maritime (Septembre 1907).

 

Sur la demande de M. Veyrier-Montagnères, M. Thompson, ministre de la Marine, envoie à Arcachon des bateaux de guerre, à l'occasion de la Grande semaine maritime : contre torpilleurs Coulevrine, Arquebuse ; torpilleurs nos 183, 274, 239 et 187, et la canonnière Actif.

Sont en rade également, le contre-torpilleur destroyer espagnol Osado et l'aviso Giralda, appartenant à Sa Majesté le Roi d'Espagne.

Réjouissances populaires organisées par la Municipalité Le 8 septembre, les amiraux Bugard, préfet maritime de Rochefort, et Gervais, président de la Ligue maritime fran­çaise, sont reçus à la gare par MM. Veyrier-Montagneres et Cloarec, directeur de la Ligue.

Le soir, à « Risque-Tout », M. et Mme Veyrier-Montagnères reçoivent à dîner les amiraux, les officiers des bateaux de guerre français et espagnols, le commandant de l'aviso Giralda et diverses notabilités. Cinquante convives.

 

7 Septembre 1907.

 

La municipalité offre, à l'occasion du Congrès des Syndi­cat d'initiative du Sud-Ouest, un banquet présidé par M. Vey­rier-Montagnères, qui prononce un discours.

 

13 Septembre 1907.

 

M. et Mme Veyrier-Montagnères reçoivent à déjeuner à « Risque-Tout », M. Baillif, président du Touring-Club de France ; MM. Descoubes, ingénieur, président du Syndicat pour le reboisement des montagnes ; Grandjean, inspecteur des eaux et forêts, Maurice Martin, publiciste, le parrain de la Côte d'Argent et de Gaulne, président du Syndicat d'ini­tiative d'Arcachon.

 

15 Septembre 1907.

 

M. Veyrier-Montagnères reçoit le Congrès national des pêches maritimes. Au vin d'honneur offert par la ville, au Casino de la plage, M. Veyrier-Montagnères prend la parole.

 

16 Septembre 1907.

 

M. Veyrier-Montagnères est nommé vice-président de la 3e section du Congres des pêches maritimes, qui tient ses assises à Bordeaux. Cette section est présidée par M. Le Bail, député du Finistère.

M. Veyrier-Montagnères fait adopter par le Congrès le vœu que la Compagnie des chemins de fer du Midi applique le nouveau tarif G. V. 114 pour le transport du poisson et des huîtres, ce tarif étant accepté par les sept autres grandes Com­pagnies du réseau français.

 

23 Septembre 1907.

 

Au Conseil général, M. Veyrier-Montagnères est nommé se­crétaire de la Commission départementale.

 

26 Septembre 1907.

 

M. Veyrier-Montagnères reçoit le Congrès international de la Presse, qui comprend 300 publicistes et directeurs de jour­naux de toutes les nations.

Au banquet qui a lieu au Casino de la Plage et qui est offert par la ville, M. Veyrier-Montagnères prononce un discours.

L'après-midi, promenade sur le Bassin.

 

Octobre 1907.

 

M. le vice-amiral Gervais, président de la Ligue maritime française, adresse par lettre, ses remerciements à M. Veyrier-Montagnères pour le concours qu'il a donné à la préparation et à l'organisation des fêtes de la Grande semaine maritime, qui viennent de se dérouler dans la Gironde.

M. Henri Gounouilhou, président du Comité d'organisation du Congrès international des Associations de Presse, remercie par lettre, M. Veyrier-Montagnères du précieux concours qu'il a prêté, de la brillante réception qu'il a préparée, de l'ac­cueil si généreux et si cordial qu'il a fait au Congrès.

 

27 Octobre 1907.

 

M. Veyrier-Montaguères assiste a la distribution des récom­penses aux lauréats de l'Œuvre postscolaire municipale et de l'Ecole régionale de pêche et de navigation. Cette solennité est présidée par M. Lopez-Diaz, inspecteur général de l'Enseignement technique et professionnel.

 

20 Décembre 1907.

 

M. Veyrier-Montagnères propose au Conseil municipal d'a­cheter la propriété Calvet, située à l'angle du boulevard de la Plage et de la rue du Casino et se prolongeant jusqu'à la plage.

Cette propriété, d'une superficie de 2.000 mètres carrés, se­rait convertie en place publique (actuellement place Carnot). Le Conseil accepte et vote un crédit de 75.000 francs.

Le Conseil vote également la construction de trottoirs en ciment, cours Sainte-Anne, place de la Mairie et avenue La­martine.

Les sommes nécessaires seront prélevées, sans surcharge pour les contribuables, sur les ressources provenant de la prorogation de l'emprunt de 1.830.264 francs.

 

10 Février 1908.

 

M. Veyrier-Montagnères prend un arrêté taxant le pain. On y relève le considérant suivant :

« Considérant que pendant la première quinzaine de février courant, certains boulangers ont élevé le prix de vente du pain et que celle élévation n'est justifiée par aucune hausse du cours des farines, etc..

» Les boulangers devront s'assurer de l'exactitude du poids du pain, etc.. ».

 

16 Février 1908.

 

La ville d'Arcachon ayant acheté à l'Etat, pour 80.000 francs, la forêt des Abatilles, M. Veyrier-Montagnères propose au Conseil municipal d'établir une route en forêt allant du parc Pereire, près des arènes landaises, à Moulleau, conformément a un plan qu'il a fait dresser par M. Gaffet, paysagiste. (Cette proposition est acceptée.)

M. Veyrier-Montagnères fait connaître qu'il a provoqué la création d'une Société de tir aux pigeons, qui est aujourd'hui définitivement constituée et qui est prête a faire procéder immédiatement aux aménagements nécessaires du terrain, qui lui est concédé par la ville pour dix années, moyennant une redevance de 100 francs par an.

 

Mars 1908.

 

Le Comité des assurances maritimes de Bordeaux avise M. Veyrier-Montagnères que le chalutier à vapeur Baleine, des Pêcheries du Golfe de Gascogne, s'est échoué le 25 fé­vrier 1908, au Cap Juby, en face des îles Canaries et que l'équi­page, composé de 19 hommes, est prisonnier des Marocains et des Maures.

M. Veyrier-Montagnères se rend immédiatement chez M. le Préfet, qui s'empresse de télégraphier au ministre des Affaires étrangères et au ministre de la Marine, pour deman­der du secours.

En outre, M. Veyrier-Montagnères télégraphie à M. Cazauvieilh, député, pour le prier d'intervenir d'urgence, auprès du Gouvernement.

Le ministre de la Marine donne immédiatement l'ordre à l'amiral Philibert d'envoyer un des navires placés sous ses ordres dans les parages du Cap Juby, pour porter secours à l'équipage de la Baleine.

Le croiseur Canard part le 19 mars de Tanger.

Le Roi Alphonse XIII fait demander à M. Veyrier-Monta­gnères communication des nouvelles relatives à la Baleine et lui exprime le vœu que l'équipage soit sain et sauf.

Cette démarche répond à l'accueil enthousiaste fait par notre population, le 22 août 1907, au Roi d'Espagne, accueil dont ce dernier a été profondément touché.

 

5 Avril 1908.

 

Le Conseil vote le classement dans le réseau vicinal, de la rue latérale à la gare, de la rue Lafon et de la rue Baleste-Marichon.

 

4 Avril 1908.

 

Le Journal officiel publie un décret du 31 mars 1908, ap­prouvant la cession par M. Odelin, à la Société anonyme de chauffage et d'éclairage d'Arcachon, de la concession du tram­way de l'Aiguillon à Moulleau déjà déclaré d'utilité publique par décret du 31 octobre 1906.

 

4 Avril 1908.

 

M. et Mme Veyrier-Montagnères reçoivent à déjeuner à « Risque-Tout » les membres du Conseil de révision, présidé par M. Duréault, préfet de la Gironde.

 

10 Avril 1908.

 

M. Veyrier-Montagnères reçoit un télégramme l'informant que les prisonniers du chalutier Baleine sont délivrés, sains et saufs et qu'ils se sont embarqués à Tanger, à bord du Tell, de la Compagnie Touache, de Marseille.

 

16 Avril 1908.

 

Les naufragés de la Baleine arrivent à 7 h. 40 du matin en gare de Bordeaux-Saint-Jean, où les attend M. Veyrier-Monta­gnères, qui les conduit au buffet où il leur a fait préparer un déjeuner.

Ils arrivent à Arcachon à 11 h. 20. accompagnés par M. Veyrier-Montagnères.

Sur le quai de la gare, dans la cour et sur tout le parcours, jusqu'à la Mairie, il y a comme une véritable mer humaine : vivats et embrassades se succèdent.

M. Veyrier-Montagnères reçoit les naufragés dans son cabi­net, leur offre une coupe de Champagne et, au nom de la popu­lation arcachonnaise, boit à leur heureux retour.

 

18 Avril 1908.

 

M. Veyrier-Montagnères, entouré des adjoints et des Con­seillers municipaux, assiste aux obsèques de M. Emile Labatut, secrétaire en chef de la Mairie, et prononce, au cimetière, un émouvant éloge du regretté défunt.

 

19 et 20 Avril 1908.

 

Deux journées de concours hippique, boulevard Deganne.

 

Elections municipales du 3 Mai 1908.

 

22 candidats présentés par l'Association républicaine d'Ar­cachon, présidée par M. Veyrier-Montagnères, sont élus au premier tour de scrutin.

M. Veyrier-Montagnères obtient 1.411 voix sur 1.638 votants.

Le 23e candidat, qui est en ballottage, réunit un plus grand nombre de voix que le premier de la liste adverse.

Au second tour de scrutin, le candidat de l'Association ré­publicaine est élu.

 

17 Mai 1908.

 

M. Veyrier-Montagnères est élu maire par 20 voix et 1 bulletin blanc, sur 21 votants.

 

14 Juin 1908.

 

M. Veyrier-Montagnères préside le banquet des Vétérans des années de terre et de mer, à l'Hôtel de France et prononce un discours.

 

21 Juin 1908.

 

M. et Mme Veyrier-Montagnères reçoivent à déjeuner à « Risque-Tout », les membres du Conseil municipal et les chefs des services municipaux.

 

27 Juin 1908.

M. Veyrier-Montagnères annonce au Conseil municipal qu'il est en pourparlers, en vue de l'installation, aux Abatilles, d'un théâtre de la nature, qui serait inauguré le 9 août prochain, sans aucun frais pour la ville.

Il annonce également qu'il est en possession d'une offre de M. Henri Exshaw, qui accepterait de vendre à la ville pour la somme de 50.000 francs, les terrains du Country-CIub (actuel­lement Stade Mateo-Petit).

M. Veyrier-Montagnères fait connaître qu'il a entrepris des démarches pour qu'un poste de percepteur-receveur munici­pal soit créé à Arcachon.

 

Du 2 au 8 Août 1908.

 

Tir aux pigeons au nouveau Stand des Abatilles.

 

Août 1908.

 

M. Veyrier-Montagnères, invité à assister aux régates qui se­ront présidées par la Roi d'Espagne et où 5 bateaux de la Société de la Voile d'Arcachon sont engagés, se rend à Saint-Sébastien.

 

9 Août 1908.

 

A l'occasion de l'inauguration du Théâtre de la nature, aux Abatilles, M. Veyrier-Montagnères obtient du ministre de la Marine, l'envoi à Arcachon des bateaux de guerre : croiseur Cassini, contre-torpilleur Coulevrine et 3 torpilleurs de haute mer.

Au théâtre de la nature, en présence d'une foule immense d'auditeurs, on joue Le Sang fatal, de M. de comte J. de Pesquidoux, drame en vers, interprété par des artistes de la Comédie-Française et de l'Odéon, avec le concours de la musique du 57e régiment d'infanterie, dirigée par M. Barnier.

Le soir, place Thiers, concert par la musique du 57e.

 

30 Août 1908.

 

M. Veyrier-Montagnères organise, au Théâtre de la nature (forêt des Abatilles) une nouvelle grande manifestation artis­tique où les artistes de l'Odéon doivent jouer Andromaque, la belle pièce de Racine.

En raison du mauvais temps, la représentation est donnée au Grand-Théâtre.

 

10 Septembre 1908.

 

M. Veyrier-Montagnères assiste, au Casino de la Plage, au banquet annuel de la Société de la Voile et de l'Automobile d'Arcachon et prononce un discours.

 

Septembre 1908.

 

Avec l'appui de M. Veyrier-Montagnères et de M. Cazauvieilh, député, la commission de répartition des fonds du pari mutuel alloue une subvention de 20.000 francs, pour la construction de la Pouponnière, boulevard Deganne.

 

23 Septembre 1908.

 

Au Congrès pour l'amélioration des relations de l'Est et de l'Océan, qui se tient à Royan, M. Veyrier-Montagnères est nommé vice-président du Congrès pour la première séance du 23 septembre et président de la séance du 24 septembre.

 

15 Octobre 1908.

 

Un décret du Président de la République autorise la ville d'Arcachon à proroger l'emprunt de 1.834.264 francs, en vue de permettre l'exécution des travaux communaux votés par le Conseil municipal.

Le travaux du boulevard-promenade vont être entrepris sans retard.

 

29 Octobre 1908.

 

Dix hectares environ de la forêt des Abatilles ayant été cé­dés au Sanatorium, pour la somme de 20.000 francs, confor­mément aux conventions intervenues avec M. le docteur Armaingaud, M. Veyrier-Montagnères fait voter l'aliénation de deux hectares dont il espère retirer une centaine de mille francs. Combinaison avantageuse pour la ville, qui a acheté à l'Etat la totalité de la forêt pour 80.000 francs.

 

Chasses au renard et au chevreuil.

 

M. Raoul Bernard ayant assuré les chasses pendant l'hiver 1908, M. Veyrier-Montagnères fait connaître qu'il s'est entendu avec M. Dupeyron, qui sera, pour la saison prochaine, maître d'équipage. Chasses au renard et au chevreuil de fin décembre 1908 à fin avril 1909.

 

8 Novembre 1908.

 

M. Veyrier-Montagnère assiste à la distribution des récompenses aux lauréats de l'Œuvre postscolaire municipale, présidée par M. Lomont, inspecteur primaire.

Novembre 1908. Par décision du ministre des Finances, provoquée par les démarches de M. Veyrier-Montagnères, la perception des contributions directes, qui n'était ouverte à Arcachon, que deux fois par semaine, sera ouverte tous les jours à la Mairie, et sera réunie à la Recette municipale.

 

16 Décembre 1908.

 

M. Veyrier-Montagnères est nommé syndic de la Compa­gnie des agents de change de Bordeaux.

 

19 Décembre 1908.

 

Le Conseil municipal vote un crédit de 54.000 francs, en vue de la construction de la route en forêt des Abatilles, jusqu'à Moulleau.


Date de création : 01/04/2007 • 12:39
Dernière modification : 01/04/2007 • 12:40
Catégorie : Veyrier-Montagnères, maire d'Arcachon
Page lue 1522 fois


Prévisualiser la page Prévisualiser la page     Imprimer la page Imprimer la page

react.gifRéactions à cet article


Réaction n°1 

par ParentJacquelineA72ans le 13/03/2009 • 16:50


Les Tests de Buch

[ All of fame ]

01 - le premier
02 - le deuxième
03 - le troisième

Votre agenda

Inscrivez-vous !


Cliquez ici pour rejoindre Histoire-Traditions-Bassin-Arcachon

Météo

Voir la webcam



Marées
Mots gascons

Cercatz dens los noms de

Gasconha.com





Nouvelles d'ailleurs
Qualité de l'air






Indice de la qualité de l'air à Arcachon

Une visite s'impose

Les sites incontournables des amoureux du Bassin et de son histoire :

http://leonc.free.fr

www.arcachon-nostalgie.com

conçus par des membres de la Société Historique.

Visiteurs du site

   visiteurs

   visiteur en ligne

^ Haut ^

Société Historique et Archéologique d'Arcachon et du Pays de Buch

Maison des Associations - 51 cours Tartas 33120 Arcachon - Tél 05 56 54 99 08

Permanence le mercredi de 14 h 00 à 17 h 00 ou sur rendez-vous


GuppY - http://www.freeguppy.org/    Site créé avec GuppY v4.5.19 © 2004-2005 - Licence Libre CeCILL   GuppY - http://www.freeguppy.org/

Document généré en 2.89 secondes