Texte à méditer :  L'histoire est un grand présent, et pas seulement un passé.   Emile-Auguste Chartier, dit Alain

N'oubliez pas :

Vient de paraître

00 Chrono.jpg

La Société
+ AG 2007 Belin-Beliet
+ AG 2008 Cazaux
+ AG 2009 Arcachon
+ AG 2010 Lanton
+ AG 2011 Andernos-les-Bains
+ AG 2012 Arcachon
+ Activités
+ Association
+ Fédération Historique du Sud-Ouest
+ Sociétés amies
Publications
+ Auteurs
+ Derniers Bulletins
+ Diffusion en librairie
+ Editions de la SHAA
+ Prochain Bulletin
+ SHAA Articles
+ Sommaires Bulletins
AAPM - Musée
Archéologie
Archives
Art et Culture
Biographies
Dictionnaires
Forêt
Gastronomie
Géographie
Histoire
Linguistique
Littérature
Marine
Médecine
Ostréiculture
Patrimoine
Pêche
Recueils-Souvenirs
Sciences
Tourisme
Webmestre - Infos
Ecrire à Administrateur  Webmestre
Ajouter aux favoris  Favoris
Recommander ce site à un ami  Recommander
Version mobile   Version mobile
150e anniversaire d'Arcachon - 004 - Un présage forestier

Draparc.jpg

150e anniversaire d'Arcachon

Chronique n° 004


Un présage forestier

* * *

     La forêt, donc, constitue l’un des quatre piliers qui expliquent 
le développement d’Arcachon. Cette vieille forêt usagère, on la 
trouve, aujourd’hui encore farouchement gardée, au sud-ouest de La 
Teste, tout au  long du cordon des grandes dunes littorales, jusqu’au 
lac de Cazaux. Elle lui offre un écrin de pure verdure bleutée qui, 
globalement, n’a pas changé depuis des siècles, la base aérienne 
exceptée ... La forêt où naîtra Arcachon ressemblait assez à l’actuel 
massif testerin. D’ailleurs, on en voit un échantillon, à droite de 
la voie directe et jusqu’à la voie ferrée, en arrivant à Arcachon. Le 
parc Pereire aussi, depuis l’allée des Ramiers, pourrait donner une 
idée idyllique de la forêt primitive et l’on voyait même, dans la 
ville d’ hiver, il y a peu, un énorme pin, dont le chauvinisme 
aidant, on ferait une borne émouvante, jalonnant cet enracinement 
dans ce passé sylvestre.
    Cependant, la forêt arcachonnaise, le climat moins humide  
aidant, était un peu différente de la forêt testerine. Pour tout 
dire, notre forêt était beaucoup plus aimable. On n’y trouvait pas  
ces fourrés impénétrables, ces halliers touffus, ces zones 
marécageuses et même ces vallées du loup qu’un visiteur effaré 
découvrait là bas vers 1816. Des loups, des loups aux portes 
d’Arcachon ! La forêt arcachonnaise, elle, se composait de très 
solides pins. Les chênes, qui formaient autrefois une vaste chênaie, 
n’existaient plus en nombre au début de XIXè, que sur les hauteurs, 
comme sur la dune Pontac, plus difficiles d'accès. En bordure des 
chemins, les usagers avaient utilisé ces chênes depuis fort belle 
lurette, afin de  construire de robustes charpentes de maisons, 
d’épais bordages ou de respectables carènes de bateaux. Les droits 
d’usage le leur permettaient.
    Cependant, la Petite montagne montrait une végétation très 
fournie et parfois aux éclats méditerranéens. On y avançait parmi les 
ajoncs, les aubépines, les arbousiers luisants, les houx centenaires 
acérés de vert vif et les genêts ponctués d’or. Et puis, au hasard 
des saisons, on marchait sur des tapis de bruyère, parfois entre des 
haies de fougères et le long des vrilles de chèvrefeuille, enlacées 
autour de vieux troncs, comme les courbes d’une colonnette. Et puis, 
en se baissant un peu, on voyait le bleu vif des véroniques, le jaune 
brillant des millepertuis ou la fine dentelle des fraisiers de bois.
     A l’automne, on bousculait des tapis de champignons tandis, que 
selon les mois, on entendait jouer les grives musiciennes, siffler le 
merle noir ou s’enfuir à coups de claquements d’ailes effarouchés, la 
bécasse mordorée. Étonnez-vous qu’une pareille forêt, qui tient du 
paradis terrestre, ait engendré une ville faite pour les loisirs, les 
jeux, l’insouciance, la parade et le plaisir. Et ce n’est pas un 
hasard si les vents d’ouest l’ont séparée de sa voisine testerine par 
un monceau de sable. Mais personne alors n’y a vu un présage, un 
signe du destin, un mouvement de cette  fatalité qui allait, un jour, 
couper le destin commun des deux forêts. Mais c’est une autre 
histoire.

 A  suivre...


Jean Dubroca

Chronique sur Radio Côte d'Argent - 90,4 Mhz

(jeudi 18 mars 2007)

Blasonarc.jpg


Date de création : 21/03/2007 • 20:34
Dernière modification : 11/08/2007 • 23:13
Catégorie : 150e anniversaire d'Arcachon
Page lue 1207 fois


Prévisualiser la page Prévisualiser la page     Imprimer la page Imprimer la page

react.gifRéactions à cet article


Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !


Les Tests de Buch

[ All of fame ]

01 - le premier
02 - le deuxième
03 - le troisième

Votre agenda

Inscrivez-vous !


Cliquez ici pour rejoindre Histoire-Traditions-Bassin-Arcachon

Météo

Voir la webcam



Marées
Mots gascons

Cercatz dens los noms de

Gasconha.com





Nouvelles d'ailleurs
Qualité de l'air






Indice de la qualité de l'air à Arcachon

Une visite s'impose

Les sites incontournables des amoureux du Bassin et de son histoire :

http://leonc.free.fr

www.arcachon-nostalgie.com

conçus par des membres de la Société Historique.

Visiteurs du site

   visiteurs

   visiteurs en ligne

^ Haut ^

Société Historique et Archéologique d'Arcachon et du Pays de Buch

Maison des Associations - 51 cours Tartas 33120 Arcachon - Tél 05 56 54 99 08

Permanence le mercredi de 14 h 00 à 17 h 00 ou sur rendez-vous


GuppY - http://www.freeguppy.org/    Site créé avec GuppY v4.5.19 © 2004-2005 - Licence Libre CeCILL   GuppY - http://www.freeguppy.org/

Document généré en 2.92 secondes