Texte à méditer :  L'histoire est ce qui empêche l'avenir d'être n'importe quoi.   Anonyme

N'oubliez pas :

Vient de paraître

00 Chrono.jpg

La Société
+ AG 2007 Belin-Beliet
+ AG 2008 Cazaux
+ AG 2009 Arcachon
+ AG 2010 Lanton
+ AG 2011 Andernos-les-Bains
+ AG 2012 Arcachon
+ Activités
+ Association
+ Fédération Historique du Sud-Ouest
+ Sociétés amies
Publications
+ Auteurs
+ Derniers Bulletins
+ Diffusion en librairie
+ Editions de la SHAA
+ Prochain Bulletin
+ SHAA Articles
+ Sommaires Bulletins
AAPM - Musée
Archéologie
Archives
Art et Culture
Biographies
Dictionnaires
Forêt
Gastronomie
Géographie
Histoire
Linguistique
Littérature
Marine
Médecine
Ostréiculture
Patrimoine
Pêche
Recueils-Souvenirs
Sciences
Tourisme
Webmestre - Infos
Ecrire à Administrateur  Webmestre
Ajouter aux favoris  Favoris
Recommander ce site à un ami  Recommander
Version mobile   Version mobile
Le Teich - 0605 - Fontaine Saint-Jean de Lamothe - 1

La Fontaine Saint-Jean

de Lamothe

 

 

FontaineSaintJeanLamothe.jpg

 

(photo prise le 11 mai 2006)

 

Cette fontaine se trouve près de l'ancienne gare de Lamothe sur la rive de l'Eyre, à 150 mètres au Sud. Pour y aller, il faut traverser un ruis­seau (dit « craste » dans le langage du pays) qui longe la voie ferrée.

 

On n'en voyait plus vers 1950 que la voûte de pierre en plein cintre, faite de pierres calcaires et recou­verte de petits blocs d'alios. Elle mesure 1 m 50 environ dans les deux sens, en longueur et en profondeur, depuis que nous l'avons nettoyée avec des braves gens du quartier, chemi­nots spécialement. Dans la margelle se trouve un tronc creusé dans la pierre et qui s'ouvre à l'intérieur de la fontaine, ce qui permet aux géné­reux visiteurs et dévots de donner d'un côté et aux « loustics » de reprendre de l'autre !

 

L'incendie de la pièce de pins, par suite d'un éclatement de wagon de munitions allemand, avait fait aban­donner cette fontaine. On dit aussi que les ouvriers qui avaient mis la haute tension vers 1923 dans ces parages avaient démoli le fronton et le devant de cette fontaine qui for­mait auparavant un petit monument religieux, moitié fontaine, moitié cha­pelle.

 

M. André Rebsomen parle de ce monument dans le Guide Touristique d'Arcachon et le Pays de Buch (page 160) en ces termes :

 

Un petit monument en pierre, détruit depuis quelques années, por­tait une inscription latine dans un écusson. On y lisait ces mots à demi effacés : MIRABILIS DEUS et SANCTISSIMUS… otus ... QUICUMQUE AEGRA SALUTIS. A côté de ce texte, on avait sculpté un aigle, emblème de SAINT JEAN l'évangéliste. On y trouvait souvent déposés par les malades des linges, superstition assez répandue dans les Landes.

 

Une aquarelle de M. Rebsomen, reproduisant cette fontaine avec sa façade démolie depuis, a été donnée au Muséum d'Arcachon, où j'ai essayé de la photographier sans trop grande netteté malheureusement, n'ayant pu la descendre du mur où elle était accrochée, au-dessus des vitrines des fouilles du Docteur Peyneau, à Lamothe, l'ancienne cité des Boïens.

 

M. Daleau, le savant préhistorien de Bourg-sur-Gironde, a jadis pré­senté, dans une séance de la Société Archéologique de Bordeaux, un des­sin au crayon de cette fontaine (en 1907), fait par M. Dudillot, ancien instituteur à Bourg et ancien habitant du Teich et ensuite de Gujan-Mestras.

 

LES CHIFFONS AU BORD DES SOURCES

 

M. Edouard Harlé, ancien archiviste de l'Académie des Sciences, Belles-Lettres et Arts de Bordeaux, en 1914, dans un des articles publiés dans le bulletin de la Société Préhistorique Française au sujet des Chiffons au bord des sources, a écrit, le 28 octo­bre 1928 (notes Abbé Labrie) :

 

A quelques dizaines de mètres au Sud-Est de la gare de Lamothe, on trouve, en cherchant dans les bois touffus, la source St-Jean, jadis pèle­rinage très fréquenté, elle est sur­montée d'un petit édifice avec niche pour la statue du saint et l'on y dé­chiffre les dates 1645 et 1651. J'ai souvent visité cette source depuis une quinzaine d'années et n'y ai jamais vu une goutte d'eau. Peut-être est-elle une source mise à sec par le profond fossé que les ingénieurs ont creusé le long de la gare, lors de la construction du chemin de fer ? Peut-être est-elle seulement masquée et a-t-elle besoin d'être curée ? Malgré ce manque total d'eau, j'ai constaté dernièrement la présence d'une douzaine de chiffons les uns noués autour des barreaux de la niche, d'autres à terre, aux environs. Ces chiffons ne sont pas des linges que l'on a jetés après s'en être servis pour laver des plaies, puisqu'il n'y a pas d'eau. Ainsi est évident le fait que les chiffons ont été mis au bord de la source pour obtenir du saint qu'il provoque la guérison du mal.

 

Dans ses Découvertes Archéolo­giques dans le Pays ce Buch, le Docteur Peyneau enfin écrit (T. Il), au sujet de la Fontaine St-Jean de Lamothe :

 

J'ai à dire quelques mots au sujet de la fontaine vouée à saint Jean, patron de la Paroisse de Lamothe, supprimée avant la Révolution, vers 1772 (50 habitants seulement). Cette fontaine est couverte d'un petit monu­ment en pierre aujourd'hui en ruines, dont l'importance dépassait celle qu'ont habituellement les constructions de ce genre. Elle était autre­fois l'objet d'un culte qui est peut-être d'origine celtique et antérieur à la conquête romaine. (Disons plutôt qu'elle était une halte des pèlerins de Compostelle qui passaient par là en suivant la « levade » ou « leouade » de Balanos.) Elle avait même la réputation de produire des miracles, mais elle a perdu ses vertus depuis que la vogue l'a désertée avec la foi, et qu'elle n'exerce plus l'attraction des foules. La source en est tarie, du moins elle était vide quand je l'ai visitée.(Edition 1926).

 

M. Peyneau ajoute cependant un peu plus haut une assertion sujette à caution au sujet de la démolition de l'église de Lamothe et du partage de ses pauvres biens, matériaux et mobilier Les ayant-droits n'ayant pu se mettre d'accord pour partager amiablement entre eux le mobilier de l'église, il s'ensuivit entre les habitants de Mios et du Teich une rixe dont le souvenir dure encore et où les premiers l'emportèrent. Ils s'empa­rèrent de la statue de Saint Jean, qui était patron de Lamothe et la trans­portèrent triomphalement comme un Palladium dans leur église paroissiale. Ils la placèrent à côté de celle de leur patron, saint Martin, et, depuis lors, ils célèbrent avec une égale dévotion la fête de ces deux saints.

 

Les habitants du Teich leur ont pendant longtemps gardé rancune.

 

Une tradition existe en effet au Teich : Les Miossais nous ont volé saint Jean ! c'est-à-dire la statue de saint Jean. Moi-même j'opinais en faveur de l'explication du Docteur Peyneau, mais il faut à la fois se méfier des légendes, qui ont bien souvent au moins un fond de vérité, et les respecter. J'ai donc cherché, fouillé et questionné les gens du pays.

 

IL Y AVAIT BIEN UNE STATUE

 

Nous avons d'abord commencé les fouilles de la dite fontaine. Un pre­mier fragment sculpté a été trouvé dans le fond de la fontaine, dans les flaques d'eau : une pierre creuse en demi-cercle avec une forme de coquille comme un bénitier. Mais en 1949, on déterra, à un mètre de pro­fondeur environ, devant la fontaine, la clef de l'énigme : une grosse pierre, beau monolithe en calcaire divisé en trois niches : deux petites encadrant une plus grande de 50 centimètres environ, décapitée, et qui venait com­pléter et terminer la première décou­verte, reconstituant ainsi la voûte et le couronnement formé d'un cintre avec moulure se raccordant exacte­ment sur les côtés. Deux barreaux rouillés barraient horizontalement cette niche centrale avec l'intention très nette de retenir une statuette et l'em­pêcher de tomber en avant.

 

La prétendue légende s'avérait donc une réalité ! Il y avait existé une statue, disparue maintenant, à la fontaine. N'était-ce donc pas celle que les Miossais avaient volée aux Teichois ? Cette statue, petite à la vérité — 0 m. 40 — en 1950, avait été vue quarante ans auparavant par d'anciens habitants de Lamothe. On m'a appris depuis qu'elle existait en­core en 1914. A Mios, par ailleurs, pas de traces de statue de ce genre : à l'église, une grande statue de Saint Jean, moderne et en plâtre ; sur la place de l'église, il existe de fait une autre fontaine dédiée à saint Jean, toute petite avec un petit cadre de pierre et une simple croix de fer : c'est tout. Un pilleur inconnu a dû l'emporter facilement et la cacher : où ?

 

Je n'ai pu retrouver la pierre fron­tale dont parle M. Rebsomen : s'il y avait vraiment un aigle, la fontaine serait, contrairement à l'habitude du pays et des fontaines environnantes de Mios, Ychoux, La Teste, dédiée non à Saint Jean-Baptiste, mais à Saint Jean l'Evangéliste et apôtre.

 

Notons la différence de dates : M. Harlé a vu gravé 1645-1651. M. A. Rebsomen, 1606, et moi-même, à la lumière frisante du matin, j'ai cru distinguer sur le bord droit de la margelle devant le tronc, 1700 ou 1706.

 

Depuis quand existe ce monument dont nous avons relevé une partie de la façade ?

 

Un vaisseau de guerre (un trois-mâts avec château de proue et de poupe, long. 0 m 30), gravé en ex-voto par un marin pourrait nous don­ner une date plus ancienne : XVIIe siècle. La présence d'une coquille dans la niche pourrait faire remonter le monument au XVIe ?

 

Jadis, une grille, que j'ai retrou­vée, enterrée, fermait le devant, c'est-à-dire l'arcade de la fontaine, et abritait le tronc auquel on parvenait néanmoins par un trou rond aménagé dans la grille, comme on le voit encore, et par où on pouvait passer la main et le bras pour atteindre seu­lement l'ouverture supérieure du tronc. Un cadenas devait retenir la grille aux anneaux scellés dans la murette de la façade.

 

Peut-être en creusant plus profond que nous ne l'avons fait, pourrait-on, selon le vœu de M. Harlé, trouver des offrandes du temps des Romains, des Gaulois, de l'Age du bronze ou de la pierre polie. La découverte, en 1969-1970, par M. Jacques Pérès, d'un temple ou « Fanum » gaulois sur l'autre rive de l'Eyre, près de la ligne de chemin de fer, abritant un puits ou une source sacrée, nous permet de croire au culte des eaux depuis longtemps en ces parages, sur les bords de la voie romaine de Bordeaux (Burdigala) aux Pyrénées, par Louse (Losa), actuellement hameau de Sanguinet.

 

Abbé BOUDREAU.

 

Extrait du Bulletin n°6 de la Société Historique et Archéologique d’Arcachon et du Pays de Buch (1975)

 

Pour lire de second article de l'Abbé BOUDREAU sur le même sujet, cliquez ici >>>


Date de création : 18/04/2006 • 09:47
Dernière modification : 05/03/2008 • 10:21
Catégorie : Le Teich
Page lue 3573 fois


Prévisualiser la page Prévisualiser la page     Imprimer la page Imprimer la page

react.gifRéactions à cet article


Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !


Les Tests de Buch

[ All of fame ]

01 - le premier
02 - le deuxième
03 - le troisième

Votre agenda

Inscrivez-vous !


Cliquez ici pour rejoindre Histoire-Traditions-Bassin-Arcachon

Météo

Voir la webcam



Marées
Mots gascons

Cercatz dens los noms de

Gasconha.com





Nouvelles d'ailleurs
Qualité de l'air






Indice de la qualité de l'air à Arcachon

Une visite s'impose

Les sites incontournables des amoureux du Bassin et de son histoire :

http://leonc.free.fr

www.arcachon-nostalgie.com

conçus par des membres de la Société Historique.

Visiteurs du site

   visiteurs

   visiteurs en ligne

^ Haut ^

Société Historique et Archéologique d'Arcachon et du Pays de Buch

Maison des Associations - 51 cours Tartas 33120 Arcachon - Tél 05 56 54 99 08

Permanence le mercredi de 14 h 00 à 17 h 00 ou sur rendez-vous


GuppY - http://www.freeguppy.org/    Site créé avec GuppY v4.5.19 © 2004-2005 - Licence Libre CeCILL   GuppY - http://www.freeguppy.org/

Document généré en 3.01 secondes