Texte à méditer :  Il y a deux sortes d'hommes: ceux qui font l'histoire et ceux qui la subissent.   Camilo José Cela

N'oubliez pas :

Vient de paraître

00 Chrono.jpg

La Société
+ AG 2007 Belin-Beliet
+ AG 2008 Cazaux
+ AG 2009 Arcachon
+ AG 2010 Lanton
+ AG 2011 Andernos-les-Bains
+ AG 2012 Arcachon
+ Activités
+ Association
+ Fédération Historique du Sud-Ouest
+ Sociétés amies
Publications
+ Auteurs
+ Derniers Bulletins
+ Diffusion en librairie
+ Editions de la SHAA
+ Prochain Bulletin
+ SHAA Articles
+ Sommaires Bulletins
AAPM - Musée
Archéologie
Archives
Art et Culture
Biographies
Dictionnaires
Forêt
Gastronomie
Géographie
Histoire
Linguistique
Littérature
Marine
Médecine
Ostréiculture
Patrimoine
Pêche
Recueils-Souvenirs
Sciences
Tourisme
Webmestre - Infos
Ecrire à Administrateur  Webmestre
Ajouter aux favoris  Favoris
Recommander ce site à un ami  Recommander
Version mobile   Version mobile
Croquis du Bassin - 27 - Les Bordes entre terre et eau

Bandeau4.jpg

Les Bordes entre terre et eau.

 

Les près salés ouest testerins font beaucoup parler d’eux, surtout en période électorale. Cela passé, il faut se rendre à la raison, celle qu'imposent notamment les impérieuses règles hydrographiques. Par contre, on parle peu du symétrique des prés salés ouest, la zone des Bordes, cent cinquante hectares situés à l’est de la ville. Les Bordes, un terme que l’on trouve déjà sur une carte du 18è siècle. Littré déclare qu’il signifie “métairie” ou parfois “cabane”. D’autres disent “bergeries”. En tous cas, on lit sur la même carte, qu’il s’agissait alors de plusieurs cabanes puisqu’il y est spécifié “Village des Bordes” et, dit-on, lieu de rendez-vous pour les pèlerins de l'Est-Bassin se rendant à Notre Dame des Monts. Aujourd’hui, une promenade s’y impose pour s’imprégner d’un lointain passé qui a laissé des traces dans un paysage peu ordinaire.

 

Les Bordes, ne sont pas en fait de véritables prés salés mais des “padoens”, un espace entre terre ferme et eaux du Bassin, occupé par des pâturages, principalement pour des chevaux. Sûrement pas de très bonnes terres puisqu’en 1550 le captal de Buch, Frédéric de Foix, les donna “à fief et à perpétuité, aux habitants”, avec une importante clause restrictive. En effet, cette clause permet, en 1780, au captal Frédéric de Foix, de concéder ces padoens à Henri Gier, afin “d’y établir des cultures et des prairies”. Moyennant quoi, le dit Gier, creuse ... des réservoirs à poissons qui concurrencent rudement les pêcheurs locaux. Et cela, bien que Louis XV ait interdit au captal de disposer des lieux, en vertu de l’ordonnance de 1681 qui délimite le domaine public maritime. A la suite d’un extraordinaire imbroglio juridique, un nommé Harry Scott Jonhston devient leur propriétaire en 1872. En 1918, une contre-digue protège au nord ouest une zone étrange, quadrillée de crastes, est parcourue d'herbes dures, de chasses de pantes à la saison... Pour les Bordes, comme pour les près salés ouest, le problème essentiel reste celui posé par l’eau, la meilleure et la pire des choses pour le quartier. La meilleure, c’est la proximité du Bassin qui a permis l’installation du port ostréicole industriel Rocher, appuyé sur une forte réserve d’eau salée. La pire, si l'on n'y prenait garde, c’est qu’aboutissent là des “crastes”, sortes de fossés d’écoulement qui doivent être scrupuleusement entretenus.

 

Et puis, il y a les digues. Tout La Teste se souvient encore de l’inondation du 29 décembre 1951. Ce jour-là, une forte tempête a ouvert une brèche de trente-cinq mètres de long dans la digue nord. Aussitôt, deux mètres d’eau ont recouvert le site et un syndicat s’est rapidement formé pour entretenir l’ouvrage de défense. Il n’en reste pas moins que la surveillance et l’entretien de toutes ces digues s’impose encore aujourd’hui.

 

A l’est, s’ouvrant au bout sur le port de La Hume, sur une dizaine d'hectares, existe une zone quasiment remblayée qui correspond aux anciens réservoirs à poissons de 1780 et où, en 1989, on avait lancé un projet de ferme aquacole. Une initiative vite abandonnée devant des alarmes soulignant l’importante pollution engendrée par ce type d’installation. Suivit une idée de marina, abandonnée elle aussi car la présence de la mer est ici très intermittente. Aujourd’hui, on voit encore, par instants fugaces, s’envoler des nuées d'aigrettes ou de lourd vols de hérons, en rupture de parc ornithologique. Et puis, comme un borne mesurant le temps, on aperçoit aussi le vieux moulin en pierre d’alios, pieusement restauré par son propriétaire et qui démontre la richesse historique locale des Bordes.

 

Jean DUBROCA

"Croquis du Bassin"

Sur Radio Côte d'Argent – 90.4 MHz

Bandeau6.jpg


Date de création : 29/09/2008 • 15:13
Dernière modification : 29/09/2008 • 15:13
Catégorie : Croquis du Bassin
Page lue 866 fois


Prévisualiser la page Prévisualiser la page     Imprimer la page Imprimer la page

react.gifRéactions à cet article


Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !


Les Tests de Buch

[ All of fame ]

01 - le premier
02 - le deuxième
03 - le troisième

Votre agenda

Inscrivez-vous !


Cliquez ici pour rejoindre Histoire-Traditions-Bassin-Arcachon

Météo

Voir la webcam



Marées
Mots gascons

Cercatz dens los noms de

Gasconha.com





Nouvelles d'ailleurs
Qualité de l'air






Indice de la qualité de l'air à Arcachon

Une visite s'impose

Les sites incontournables des amoureux du Bassin et de son histoire :

http://leonc.free.fr

www.arcachon-nostalgie.com

conçus par des membres de la Société Historique.

Visiteurs du site

   visiteurs

   visiteur en ligne

^ Haut ^

Société Historique et Archéologique d'Arcachon et du Pays de Buch

Maison des Associations - 51 cours Tartas 33120 Arcachon - Tél 05 56 54 99 08

Permanence le mercredi de 14 h 00 à 17 h 00 ou sur rendez-vous


GuppY - http://www.freeguppy.org/    Site créé avec GuppY v4.5.19 © 2004-2005 - Licence Libre CeCILL   GuppY - http://www.freeguppy.org/

Document généré en 2.94 secondes