Texte à méditer :  L'histoire n'est que la géographie dans le temps, comme la géographie n'est que l'histoire dans l'espace.   Elisée Reclus

N'oubliez pas :

Vient de paraître

00 Chrono.jpg

La Société
+ AG 2007 Belin-Beliet
+ AG 2008 Cazaux
+ AG 2009 Arcachon
+ AG 2010 Lanton
+ AG 2011 Andernos-les-Bains
+ AG 2012 Arcachon
+ Activités
+ Association
+ Fédération Historique du Sud-Ouest
+ Sociétés amies
Publications
+ Auteurs
+ Derniers Bulletins
+ Diffusion en librairie
+ Editions de la SHAA
+ Prochain Bulletin
+ SHAA Articles
+ Sommaires Bulletins
AAPM - Musée
Archéologie
Archives
Art et Culture
Biographies
Dictionnaires
Forêt
Gastronomie
Géographie
Histoire
Linguistique
Littérature
Marine
Médecine
Ostréiculture
Patrimoine
Pêche
Recueils-Souvenirs
Sciences
Tourisme
Webmestre - Infos
Ecrire à Administrateur  Webmestre
Ajouter aux favoris  Favoris
Recommander ce site à un ami  Recommander
Version mobile   Version mobile
Croquis du Bassin - 24 - Un Bassin... américain

Bandeau4.jpg

Un Bassin... américain.

 

Dans la forêt usagère testerine, on connaît trop mal la discrète stèle qui, au Courneau, le long de la piste 214, marque le passage, dans les six cents baraquements qui existaient là durant la première guerre mondiale, de 15 000 soldats des Etats unis d’Amérique venus prêter main forte à l’Europe libre, entre décembre 1917 et novembre 1918. Certains de ces Américains moururent ici mais leurs corps ont tous été rapatriés, après la guerre.

 

Bien que les documents sur leur séjour ici manquent un peu, les esprits ont longtemps été marqués par leur passage sur les bords du Bassin et, comme on va vous le raconter, bien des cœurs girondins ont chaviré pour les GI’s de l’époque.

 

Le Courneau, camp de repos et de transit, a fait partie de la spectaculaire installation de l’armée US sur le Bassin. Gujan-Mestras a reçu un centre d'aérostiers. Croix-d’Hinx a vu pousser six antennes de TSF, comme on disait alors, hautes de plus de deux cents mètres et destinées à communiquer avec Washington. Mais la vaste toile émettrice ne fonctionnera qu’après l'armistice. Dans la presqu’île du Cap Ferret, sur un site longtemps appelé “Le Camp des Américains”, se développa une base d’hydravions, destinés à repérer et à couler les sous marins allemands, sans grand succès d’ailleurs. Une installation qui avait fort étonné Jean Cocteau, en convalescence au Canon, en septembre 1918. Il écrit alors : “Je regarde avec envie les Américains, colosses de bronze en costumes de pâtissiers, qui bondissent sur l'eau dans des tanks ripolinés, astiqués, armés de mitrailleuses et d’hélice aériennes. Qui n’a pas vu leur camp d’avions, n’a pas vu La Chose”.

 

Chaque dimanche, les Américains quittaient cette Chose pour de revitalisants loisirs à Arcachon. Du bout de la jetée d’Eyrac où les déposait une vedette à vapeur, d’aussi loin qu’ils le pouvaient et brandissant à bout de bras, leurs dollars en or, ils interpellaient la jeune caissière du Café de la Plage :

 

“ - M’zelle Alice, à boire !

 

Il est vrai qu’Arcachon les changeait du Courneau où ils cohabitaient avec des Russes dont, selon un rapport de police, “les délits, chapardages, pillages et vols” entraînaient de vives protestations dans la population locale. D’ailleurs, pour préserver la bonne réputation de leur armée deux Américains, coupables de s’être ivrognés avec des Russes, furent condamnés à trente jours de prison, avec travail forcé dans la journée et cinquante francs d’amende. N’empêche : les Américains, on les adorait.

 

La preuve, la belle histoire que m’a racontée par Roland Bitaubé, un jour de onze novembre, devant la stèle du Courneau. Ecoutez plutôt. Parmi les soldats débarquant par milliers à Bordeaux, se trouve le jeune Jerry Pearce, directement venu de Santa Fe, dans le Nouveau Mexique. Et tout de suite, c’est le coup de foudre avec une jeune bordelaise. Il l'épouse derechef et, la guerre finie, il l’emmène à Albuquerque où leur naît une petite fille, Milfred. Seulement voilà, les étés brûlants et les hivers neigeux, tuent l’amour de notre Bordelaise. Six ans après, la voilà de retour en France, avec la petite Milfred. Milfred qui n’est autre que la mère de Roland Bitaubé et dont le grand-père était évidemment Jerry Pearce. Jerry qui ne se remaria jamais et qui est mort, enseveli sous la bannière étoilée, en 1960. Tout le temps, Roland Bitaubé et sa famille lui ont écrit très régulièrement. Et l’on peut être sûr que Jerry, toute sa vie, eut la nostalgie du Courneau. Mais au fond, ce n’est pas là une histoire triste. A demain : nous retrouverons Mme Boyosse, pas contente du tout.

 

Jean DUBROCA

"Croquis du Bassin"

Sur Radio Côte d'Argent – 90.4 MHz

Bandeau6.jpg


Date de création : 29/09/2008 • 15:06
Dernière modification : 29/09/2008 • 15:06
Catégorie : Croquis du Bassin
Page lue 705 fois


Prévisualiser la page Prévisualiser la page     Imprimer la page Imprimer la page

react.gifRéactions à cet article


Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !


Les Tests de Buch

[ All of fame ]

01 - le premier
02 - le deuxième
03 - le troisième

Votre agenda

Inscrivez-vous !


Cliquez ici pour rejoindre Histoire-Traditions-Bassin-Arcachon

Météo

Voir la webcam



Marées
Mots gascons

Cercatz dens los noms de

Gasconha.com





Nouvelles d'ailleurs
Qualité de l'air






Indice de la qualité de l'air à Arcachon

Une visite s'impose

Les sites incontournables des amoureux du Bassin et de son histoire :

http://leonc.free.fr

www.arcachon-nostalgie.com

conçus par des membres de la Société Historique.

Visiteurs du site

   visiteurs

   visiteur en ligne

^ Haut ^

Société Historique et Archéologique d'Arcachon et du Pays de Buch

Maison des Associations - 51 cours Tartas 33120 Arcachon - Tél 05 56 54 99 08

Permanence le mercredi de 14 h 00 à 17 h 00 ou sur rendez-vous


GuppY - http://www.freeguppy.org/    Site créé avec GuppY v4.5.19 © 2004-2005 - Licence Libre CeCILL   GuppY - http://www.freeguppy.org/

Document généré en 2.9 secondes